Entre Saint-Serge et Monplaisir, les 23 hectares comprenant le plateau Jeanne-Jugan, les anciens fours à chaux et le secteur Doyenné-Ramon sont appelés à être aménagés en profondeur dans les dix années qui viennent. Une plaine d’équipements sportifs, une école et de 250 à 300 logements sont envisagés.

Un site enclavé, mais au potentiel fort

À la croisée du quartier Saint-Serge, métamorphosé par le projet Cœur de Maine, et de Monplaisir, en pleine rénovation urbaine, le projet d’aménagement Fours-à-Chaux est à l’étude. Il se compose de trois espaces distincts.

  • Le secteur Doyenné-Ramon, au nord, où la circulation est dense et où se trouvent des entreprises, des commerces, le stade de la Grande-Chaussée et le marché dominical de Monplaisir, dans un cadre minéral.
  • Le plateau Jeanne-Jugan, au sud, qui comprend une petite zone résidentielle de logements individuels, l’Ehpad des Petites Sœurs des pauvres, ainsi qu’une large prairie enherbée où subsistent quelques arbres fruitiers.
  • Les anciennes carrières de la société des fours à chaux, situées entre Doyenné et Jugan, qui comportent sur cinq hectares inconstructibles de nombreux remblais et décaissements rappelant l’histoire industrielle du lieu.

Installé sur une ancienne plaine alluviale de la Maine, le site Jeanne-Jugan – Fours-à-Chaux – Doyenné-Ramon présente un paysage remarquable, patrimonial et diversifié. Sa topographie est marquée, dans la carrière, par un ancien front de taille d’une dizaine de mètres de haut, aujourd’hui envahi par la végétation et riche en biodiversité. Site stratégique à proximité du centre-ville, le quartier bénéficie d’un tissu économique varié et de véritables leviers d’attractivité en matière d’équipements scolaires et sportifs.

Il est toutefois encerclé d’axes routiers structurants pour la ville, tandis que son cœur n’est accessible que par des voies étroites et que la place laissée aux mobilités actives est imitée.

Plus de végétal et de mobilités actives

Les enjeux du projet d’aménagement Fours-à-Chaux

  1. Renouveler la ville sur elle-même en transformant d’anciens sites industriels.
  2. Préserver et développer la biodiversité en ville.
  3. Maintenir des activités économiques en ville en revisitant leurs formes architecturales.

Les objectifs du projet d’aménagement Fours-à-Chaux

  1. Relier ce site aux quartiers Monplaisir et Saint-Serge grâce aux mobilités actives.
  2. Renforcer la place du végétal et préserver la biodiversité existante.
  3. Organiser le site autour d’une grande carrière sportive.
  4. Concevoir un quartier de ville où cohabitent harmonieusement logements, activités économiques et équipements publics.

Le principal objectif de cette rénovation urbaine sera donc de proposer un trait d’union entre les quartiers Saint-Serge et Monplaisir, en tenant compte d’enjeux forts, comme les déplacements, la scolarité, l’emploi, le logement et le sport.

À l’échelle de l’ensemble du site, il s’agira de donner davantage de place aux mobilités actives, de pacifier les circulations et de créer des dessertes pour relier les quartiers. La végétalisation de l’espace public sera renforcée afin de multiplier les îlots de fraîcheur.

Une grande plaine sportive, des logements et une école

Plus spécifiquement, les anciennes carrières seront connectées à la Maine, puis à la trame verte de Monplaisir. C’est au cœur de ce futur espace paysager, où sera valorisé le front de taille comme une réserve écologique, qu’est envisagé l’aménagement d’une grande plaine sportive, pour accueillir le nouveau stade de la Vaillante, un terrain d’entraînement, et éventuellement du tennis, de l’escalade et un parcours santé.

Du côté du plateau Jeanne-Jugan, l’enjeu sera de proposer une offre résidentielle attractive de logements individuels et à deux ou trois étages, s’insérant harmonieusement dans un secteur pavillonnaire.

Enfin, pour le secteur Doyenné-Ramon, l’idée est de densifier en logements collectifs et d’installer un nouveau groupe scolaire en lieu et place de l’ancien stade, à l’angle Ramon/Chalouère.

La concertation du projet d’aménagement Fours-à-Chaux

Dans les mois à venir, les acteurs du site seront amenés à participer à la co-construction du projet autour de deux axes clés:

  • la découverte des lieux par des formes collaboratives et sensibles;
  • des échanges et réflexions spécifiques sur les principaux éléments d’aménagement afin d’affiner le projet.

Depuis l’été 2022, une première concertation réglementaire au titre du Code de l’urbanisme a déjà été lancée. Elle permet aux Angevins intéressés de découvrir plus précisément les intentions d’aménagement et de s’exprimer sur le projet.

Les différents dispositifs pour suivre les avancées du projet d’aménagement Fours-à-Chaux et de la concertation préalable sont:

Calendrier

  • 2017 : dans le cadre du concours international d’architecture Europan, la Ville d’Angers propose d’imaginer les conditions de fabrication d’une « ville productive » sur le site des Fours-à-Chaux.
  • 2018 : la Ville d’Angers confie au groupement lauréat du concours « FCML Architectes + Le Sens de la ville, NDF et Tugec » la réalisation d’études de préprogrammation urbaine et la constitution d’un plan guide d’aménagement.
  • Juillet 2021 : lancement d’un mandat d’études pré-opérationnelles pour l’aménagement des sites Fours-à-Chaux, Jeanne-Jugan et Doyenné-Ramon, confié à Alter Public.
  • 18 juillet 2022 : lancement de la concertation préalable en conseil municipal.
  • 27 septembre 2022 : première réunion publique à la maison de quartier Le Quart’ney.
  • 2024 : création de la ZAC Fours-à-Chaux.
  • Rentrée 2027 : ouverture du nouveau groupe scolaire après le déplacement du stade de la Vaillante.
La newsletter