La mairie

La vidéoverbalisation sera étendue à l'ensemble de la ville, suite au vote en conseil municipal lundi 27 novembre. La feuille de route "laïcité" ou encore l'action culturelle dans les quartiers étaient aussi à l'ordre du jour des élus.

L'action de la Ville en matière de sécurité et de prévention était à l'honneur en ouverture du conseil municipal, ce lundi 27 novembre. Après un point d'information sur ce thème, c'est à la vidéoverbalisation qu'était consacrée la première délibération. Déjà utilisée sur certaines rues et places, celle-ci sera généralisée à l'ensemble de la ville. Une décision prise face au constat d'une augmentation sensible des infractions au code de la route, tant en matière de stationnement que de comportement routier dangereux.

Aussi, l'ensemble du système de vidéoprotection de la Ville, soit 213 caméras, sera désormais utilisé et pourra relever différentes infractions, listées par le Code de la route comme étant verbalisables sans nécessiter l'interpellation physique du conducteur. Parmi elles: le stationnement interdit, l'absence de port de la ceinture de sécurité, l'utilisation du téléphone au volant, ou encore la circulation en sens interdit. Concernant les deux-roues motorisés, l'absence de port du casque pourra aussi être sanctionnée par ce biais. "Il n’y a ni reconnaissance faciale, ni automatisation. Ce sont bien les agents, avec leur discernement, qui vont verbaliser", souligne Jeanne Behre-Robinson, adjointe à la Sécurité et la Prévention. "Le but est bien de protéger, pas de faire du chiffre", complète le maire Jean-Marc Verchère.

Feuille de route "laïcité"

Au coeur du pacte républicain, la laïcité garantit la liberté de croyance et de pratique religieuse, dès lors qu'elles garantissent l'ordre public et la paix civile. Depuis 2016, la Ville a engagé une forte démarche de sensibilisation sur ce thème, notamment destinée à ses agents dans le cadre de leurs missions et de leurs relations aux usagers. Une charte de la laïcité a été rédigée, qui s'adresse également aux acteurs associatifs et partenaires de la collectivité. Enfin, des événements relatifs à la laïcité sont aussi organisés à destination du grand public.

Pour formaliser, animer et renforcer cette démarche, la Ville se dote aujourd'hui d'une feuille de route "laïcité". Cette feuille de route définit la gouvernance et le pilotage des actions menées, autour de la mission Egalité Diversité, avec l'ambition d'affirmer et de développer une culture de la laïcité sur le territoire, dès le plus jeune.

Actions culturelles à destination du jeune public

Dans le cadre de son Contrat local d'éducation artistique, la Ville accueille des résidences d'artistes dans les quartiers, pour des actions de médiation culturelle destinées prioritairement aux scolaires. La première de ces résidences a eu lieu en 2023, avec des interventions auprès d'une dizaine de classes, de la grande section au CE1, dans les quartiers Roseraie et Justices-Madeleine-Saint-Léonard. Pour 2024, cap sur les quartiers Belle-Beille, Lac de Maine, Hauts-de-Saint-Aubin et Doutre. C'est le groupe Alice qui a été retenu, avec un projet à la croisée des disciplines oratoires mêlant poésie, conte, slam, rap, théâtre, à destination d'enfants de 8 à 13 ans.

Autre action avec le même objectif d'un accès à la culture pour tous: le projet Demos ouvre la pratique musicale en orchestre à une centaine d'enfants issus des quartiers prioritaires. Après une première saison menée de fin 2019 à 2022, un deuxième orchestre Demos a été constitué, toujours piloté par le Conservatoire à rayonnement régional, en partenariat avec six maisons de quartier: maison pour tous de Monplaisir, centre Jean-Vilar, Quart’Ney, centre Jacques-Tati, centre Marcelle-Menet, maison de quartier des Hauts-de-Saint-Aubin. Pour les accompagner dans la conduite du projet, le conseil a voté pour chacune d'elle le versement d'une subvention de 6000 euros.

Un parc Georgette-Boulestreau à Monplaisir

Longtemps resté sans dénomination officielle, le parc situé entre les boulevard Gallieni et Lyautey, dans le quartier de Monplaisir, porte désormais le nom de l'Angevine Georgette Boulestreau. Ce choix fait suite à une consultation durant laquelle les habitants du quartier étaient invités à proposer une sélection de noms, issus de l'annuaire des Angevines remarquables, avant de les soumettre au vote des Angevins via le portail ecrivons-angers. Le conseil municipal a acté le choix de Georgette Boulestreau, sage-femme pionnière par son action pour le progrès social et les droits des femmes.

La newsletter