Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

C'est la reprise !

Menu
  • Partagez sur

Environnement

Avec le début du déconfinement depuis le 11 mai et l’arrivée du soleil, les Angevins se réapproprient parcs et jardins publics, synonymes d’une liberté en partie retrouvée. Pour les rendre accessibles et les sécuriser, la direction des Parcs, jardins et paysages, a mobilisé ses équipes.

Sécuriser les sites pour le public


Au parc Balzac, parcs Saint-Nicolas et parc de Pignerolle,  de nombreux arbres sont tombés. Le coup de vent du 16 mars et  celui du 11 mai dernier ont amplifié le phénomène . Ces arbres déracinés présentaient des risques pour les visiteurs. Abattage, coupe et retrait étaient indispensables. En général ce travail s’effectue à la fin de l’hiver. Mais, inondations puis pandémie obligent, la Direction Parcs Jardins et Paysages ne pouvaient intervenir que maintenant. Au parc Balzac par exemple, les saules, les frênes et les boulots ont particulièrement souffert. Suite à l’état des lieux effectué par le responsable du suivi sécuritaire du patrimoine arboré et du boisement environ 45 arbres ont dû être soignés.  

L’équipe des élagueurs gère les branches en suspension et les démontages d’arbres à l’aide de leur camion-nacelle, d'autres tronçonnent les branches menaçant de tomber, ou s’occupent des gros arbres tombés au sol, ce qu’on appelle les arbres encroués. « Il s’agit d’abord de sécuriser les espaces où les Angevins peuvent à nouveau se promener ».

Un chauffeur de l’équipe transport du Centre technique parcs jardins et paysages, évacue les troncs et branchages sur la plate-forme de stockage de la direction, à l’aide d’un tracteur et d’une remorque forestière.

Ce bois est ensuite transformé en copeaux bois utilisés soit pour du paillage de massifs de végétaux, soit pour la filière bois énergie.

Rendre propre les sites, les 7 tondeurs en action

Les espaces ont laissé pousser les fleurs sauvages qui ont donné de la couleur. Mais à l’heure du déconfinement, il est important que les enfants puissent gambader dans leurs quartiers. À certains endroits, en respectant la gestion différenciée liée au type de paysages mis en œuvre, l’herbe est parfois si haute que l’intervention est nécessaire.

Les équipes des secteurs jardins et l’équipe des tondeurs travaillent alors ensemble. Il s’agit d’assurer un premier niveau de tonte, afin de laisser ensuite l’entretien courant aux équipes des secteurs jardins.

Les tondeuses ont commencé en priorité par le parc du Hutreau, la plaine de jeu François-Mauriac, les plaines de Monplaisir et de Villechien, où les bords des allées ont été tondues en priorité avec un cheminement au milieu de la parcelle pour pouvoir rouvrir au plus vite et satisfaire les demandes des riverains.

Les tondeurs  interviennent aussi sur les abords des stades, à la demande de la direction des Sports et loisirs, autour des terrains en herbe afin de réduire la semence des adventices pour éviter de « polluer » les terrains de foot ou de rugby.

Les jardins se font une beauté !

Le mois de mai c'est le mois des plantations des plantes annuelles, c'est à dire les fleurs visibles cet été jusqu'à mi-octobre, les jardiniers sont donc actuellement à pied d'oeuvre pour la mise en forme des massifs, comme au jardin des Plantes, jardin du Mail ou le parc de l'Arboretum mais aussi les ponts du centre-ville et pleins d'autres sites à fleurir.

Serres municipales, les coulisses

300.000 plantes sont produites en moyenne chaque année dans les serres municipales, l'équipe de production du Centre technique parcs et jardins, préparent actuellement les commandes des végétaux qui sont livrées dans les secteurs pour la période des plantations d'été.

Les animaux des parcs

C'est aussi la période des naissances et des soins pour les 25 espèces d'animaux d'origine locale présents dans 5 parcs d'Angers (Parcs St Nicolas, parc du Lac de Maine parc Balzac, parc du Hutreau, jardin des Plantes) gérés par un animalier qui prend soin de ce cheptel animalier.

Les soins aux animaux

  • Les ânes du Cotentin présents dans certains de nos parcs, subissent des déformations, des abcès ou de la fourbure (une congestion inflammatoire aiguë du pied, appelée aussi pododermatite) que le maréchal-ferrant peut soulager par des séances de soins des sabots. C'est pourquoi il faut le parer, des rendez-vous podologiques sont donc planifiés régulièrement, en plus de séances d'ostéopathie.
  • Il y a aussi les soins dentaires pour tous les animaux, il est important d'agir car l'usure de la dentition est un facteur de longévité pour les ruminants,
  • vermifuger, tondre, vacciner ou tondre les alpagas, voilà le travail de l'animalier, ou faire venir le vétérinaire lors d'inclusion intestinale d'une vache Higland Cattle qui a certainement avaler du plastique (...) ce qui obstrue les intestins,
  • Les oiseaux comme les cygnes et les canards du parc de la Garenne sont rémigés : c'est à dire qu'une partie des plumes sont coupées une fois par an, cette action limite leur envol et leur permet de rester sur un parc afin d'être surveillés.

La saison des naissances

  • Deux petits moutons d'Ouessant sont nés mi-mai au parc de la Garenne,
  • Des petits cygnes sont nés au jardin des Plantes et au parc du Hutreau
  • Des naissances à venir : des chevreaux et des canetons

 

 

La newsletter
63078