Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

Pollinarium sentinelle d'Angers

Menu
  • Partagez sur

Depuis juillet 2020, l'application Vivre à Angers permet de recevoir une alerte  en début et en fin d'émission pour adapter en conséquence son traitement anti-allergies.

http://www.angers.fr/actualites-sorties/63160-les-alertes-pollens-arrivent-dans-l-appli-vivre-a-angers/index.html

Un pollinarium sentinelle à Angers

Un polliniarium sentinelle est un espace d’environ 200 m² regroupant la plupart des plantes communes de la région à haut pouvoir allergisant (espèces ligneuses et herbacées, dont graminées).

Grâce à l’observation quotidienne en un seul lieu, il permet de relever pour chaque espèce la date précise de la première libération de pollen. Dès l’évènement observé, l’information est transmise par mail aux abonnés incsris à l'alerte pollen : www.alertepollens.org. 

C’est un véritable dispositif de surveillance complémentaire aux capteurs de pollen du RNSA (Réseau National de Surveillance aérobiologique).

Le grand public (allergiques abonnés) est ainsi informé des début et fin de pollinisation de chaque espèce en temps réel. En suivant les informations données par le polliniarium sentinelle, les allergiques peuvent anticiper leur traitement, leur permettant d’atténuer leurs symptômes.

Le pollinarium sentinelle d'Angers est localisé depuis 2013 dans le parc de Bellefontaine sous la responsabilité de l’équipe de jardiniers du secteur Mail. Outre son rôle de prévention des risques allergiques, le site permet de sensibiliser le public aux plantes allergisantes, et à terme à l'impact du climat sur les émissions de pollens

Le premier pollinarium sentinelle a été créé en 2012 à Nantes. Depuis cette date, le réseau des pollinariums sentinelles s’est développé dans le grand Ouest, avec par exemple les villes de Laval, Quimper, Le Havre, La Rochelle…

Les enjeux

L’allergie

L’allergie regroupe les symptômes résultant d’un contact entre une particule (grain de pollen, spore de moisissure, etc.) et les muqueuses d’un patient allergique.

Cette maladie peut se manifester de plusieurs manières selon le degré de sensibilité, le niveau d’exposition et les organes atteints :

  • crises d’éternuement,
  • nez qui gratte, parfois bouché ou qui coule clair,
  • yeux rouges, qui démangent ou qui larmoient,
  • éventuellement en association avec une respiration sifflante, une toux, des poussées d’eczéma, de l’urticaire de contact, un état de fatigue générale et des difficultés de concentration.

En cas de gêne répétitive et saisonnière liée à ces symptômes, vous souffrez peut-être d’une allergie.

Source : ‘Surveillance des pollens et moisissures dans l’air ambiant, 2019’

Les enjeux de société

On observe depuis plusieurs années une forte augmentation des maladies allergiques dans les pays industrialisés : en 20 ans, la prévalence a doublé en Europe (25% des adultes sont aujourd'hui atteints de rhinite allergiques). En France, l'asthme et la rhinite allergique touchent 20 à 30% des français en 2008 contre 3,8% en 1963. Il devient donc indispensable de développer des outils pour prévenir les risques allergiques.

L’information, directement de la plante à votre boîte mail

Si vous recevez une newsletter, cela signifie qu’une espèce commence à émettre du pollen, ou bien qu’une espèce vient de finir d’émettre du pollen.
Dans la newsletter, vous retrouvez les différentes espèces allergisantes associées à un pictogramme. Un code couleur pour trouver l’information en un clin d’œil :

Les plantes allergisantes du pollinarium

Les espèces retenues ont été choisies par le médecin référent local (Dr J.C. Bonneau) et les botanistes de l’APSF.

Le pollinarium comprend 8 espèces ligneuses et 9 espèces herbacées dont 7 graminées.

  • Arbres et arbustes : Corylus avellana (noisetier commun), X Cupressocyparis leylandii Dallim. (cyprès de Leyland), Fraxinus angustifolia (frêne à feuilles étroites), Salix atrocinerea (saule roux), Betula pendula (bouleau commun), Quercus robur  L. subsp. Robur (chêne rouvre) Populus X eu-americana (peuplier) Alnus glutinosa (aulne glutineux).
  • Herbacées : Plantago lanceolata (plantain lancéolé), Artemisia vulgaris (armoise vulgaire).
  • Graminées : Lolium perenne (ray-grass anglais), Arrhenatherum elatius Beauv. subsp. bulbosus Presl. (fromental élevé), Alopecurus pratensis (vulpin des prés), Dactylis glomerata (dactyle aggloméré), Phleum pratense (fléole des prés), Anthoxanthum odoratum (flouve odorante), Holcus lanatus (houlque laineuse).

 

 

Un processus rigoureux d'observation des espèces

L’emplacement du pollinarium sentinelle a été choisi au parc de Bellefontaine à Angers, car proche du centre ville et facile d’accès pour l’équipe de jardiniers responsable du suivi des floraisons et de l’entretien.

L’exposition est plutôt orientée du sud à l’ouest afin de bien favoriser le développement des plantes. Le jardin est organisé en plates-bandes parallèles : plantes herbacées 2m2 par espèce ; plantes ligneuses 9m2 par plante installée dans un pot de 50 cm de diamètre.

Pour être conforme aux conditions naturelles auxquelles les plantes sauvages sont soumises, il n’y a pas d’arrosage programmé ni de fertilisation.

L’observation des plantes est effectuée quotidiennement par la même équipe de jardiniers, qui suit un protocole précis. Dès que l’émission de pollen est décelée sur un plant, la date est enregistrée et transmise aux abonnés allergiques.

Un important travail a été réalisé par les jardiniers d'Angers.

Les jardiniers ont prélevé des plants dans la nature aux environs d’Angers, de manière à disposer d’un patrimoine génétique hétérogène, et obtenir ainsi une bonne représentativité de l’ensemble des populations de la région.

Pour une bonne diversité génétique les plantes ont été prélevées  dans les conditions suivantes :

  • la dispersion des prélèvements : sur les quatre points cardinaux de l’agglomération angevine
  • la distance : dans un rayon de 30 km autour d’Angers
  • la quantité prélevée : 5 plantes par point cardinal pour les espèces herbacées et 1 plante par point cardinal pour les espèces ligneuses
  • la distance entre chaque prélèvement : 2 km minimum entre chaque individu prélevé d'une même espèce.
  • les lieux de prélèvements ont été notés sur une carte afin de pouvoir y revenir les années suivantes pour d'autres prélèvements.

Le prélèvement s’est effectué à l’automne 2011 et  printemps / automne 2012 (2 ans d'expérimentation), puis implanté sur une parcelle  de 200 m2  officialisée "pollinarium sentinelle" en 2013.

Sensibilisation du public

Pour les personnes allergiques


A court terme, les informations recueillies par le polliniarium sentinelle sont utilisées pour déterminer la date du début du traitement antihistaminique des personnes allergiques.

A moyen terme, les informations recueillies sur toute la saison pollinique permettent aux allergologues de faire un diagnostic allergique. Les personnes sensibles et leurs médecins font un point en automne des périodes où la gêne a été la plus importante. A partir du calendrier de début d'émission et des pics de pollens, les allergologues peuvent alors faire un premier diagnostic sur la nature de l’allergie.

Pour le grand public


La newsletter « Alerte pollens » informe les médecins et personnes allergiques aux pollens

Le pollinarium sentinelle® d’Angers permet aux personnes allergiques aux pollens et aux médecins d’avoir connaissance de la pollinisation des espèces allergisantes dès l’apparition des premiers grains de pollens dans l’air.

Cette newsletter gratuite a pour objectif de diffuser largement les informations issues de l’observation quotidienne de la floraison des espèces allergisantes du pollinarium angevin.

Les patients allergiques pourront ainsi avoir immédiatement recours à leur traitement. Cette précocité thérapeutique est fondamentale pour éviter l’installation d’une symptomatologie chronique et les exacerbations aiguës de la maladie.

Cette newsletter a été mise en place grâce à une collaboration entre l’Association des Pollinariums sentinelles de France (APSF), la Ville d’Angers, et Air Pays de la Loire, avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire.

Pour recevoir la newsletter, inscrivez-vous sur www.alertepollens.org

Pour plus d’informations : apsf(at)pollinarium.com

Un outil pluri-partenarial

Le pollinarium sentinelle® est le fruit d’un partenariat entre médecins et botanistes de l’Association des Pollinariums Sentinelles de France (APSF), la Ville d’Angers, l’association agréée de surveillance de qualité de l’air (Air Pays de la Loire), l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire.

Ainsi, la complémentarité des compétences (médicales, botaniques, techniques, etc.) permet d’assurer la validité scientifique et technique des résultats diffusés.

APSF (Associations des Pollinarium Sentinelles de France)

L’APSF est l’association en charge du développement, de l'organisation et de l'animation du réseau des pollinariums sentinelles® de France.

Créée en juillet 2011, l’APSF est ouverte à tous les médecins, botanistes, cadres et agents territoriaux, impliqués dans le suivi des maladies allergiques (pollinoses).

Les médecins allergologues du territoire, notamment le Docteur Jean-Charles BONNEAU, membre du bureau APSF, secrétaire Général SYFAL (syndicat des allergologues) et président de RASEMA (association des allergologues), ont été force de conseil pour les agents durant tout le montage du pollinarium du parc de Bellefontaine, en participant notamment au choix des végétaux. www.alertepollens.org

Ville d’Angers

Le Pollinarium sentinelle® est situé dans le Parc de Bellefontaine à Angers, la surveillance de la pollinisation est réalisée quotidiennement par la Direction Parcs Jardins et Paysages de la ville.

La ville d’Angers est la troisième collectivité à avoir mis en place un Pollinarium sentinelle® après Nantes et Laval.
www.angers.fr

Air Pays de la Loire

Air Pays de la Loire est l’organisme agréé par le ministère chargé de l’Ecologie pour assurer la surveillance de la qualité de l’air de la région des

Pays de la Loire.
Il assure deux missions, la surveillance de la qualité de l’air et la communication des résultats obtenus et des études réalisées, notamment sur son site Internet www.airpl.org

Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire

L’Agence régionale de santé des Pays de la Loire met en oeuvre la politique régionale de santé, en coordination avec les partenaires et en tenant compte des spécificités de la région et de ses territoires. Ses actions visent à améliorer la santé de la population et à rendre le système de santé plus efficace. Elle assure le soutien financier du projet.
www.pays-de-la-loire.ars.sante.fr

Les capteurs du RNSA

Le Réseau National de Surveillance Aérobioloque (RNSA) est un des outils les plus répandus de surveillance des particules allergènes aérobiologiques (pollens moisissures).

Des capteurs sont installés en ville sur des lieux choisis par rapport à des critères climatiques, botaniques et de densité de population. Ils recueillent les particules présentes dans l'atmosphère à un débit équivalent à la respiration humaine moyenne (10 litres d'air par minute) et les fixent sur des bandes adhésives. Celles-ci sont relevées chaque semaine et « lues » par des personnes formées à la reconnaissance des pollens. L'étude des bandes permet de fournir des comptes polliniques journaliers après coup, pour les différents types de pollens.

La quantité de pollen dans l’atmosphère détermine le risque pollinique : ces données établies à partir des capteurs permettent d'éditer des bulletins d’alertes. Il s'agit de prévisions d'exposition pour chaque type de pollen, définies en fonction des données phénologiques, polliniques, cliniques et des prévisions météorologiques. Le risque est mesuré sur une échelle de 0 (nul) à 5 (très élevé).

L’ensemble des résultats (données polliniques et bulletins d’alertes) sont transmis sur Internet ainsi qu’aux allergologues des régions et aux mairies de certaines villes qui les affichent sur la voie publique sur les panneaux électroniques.

La newsletter
62327