La mairie

Dans quelques mois, place Giffard-Langevin, sera inaugurée "Voie blanche", une œuvre en mémoire des 821 hommes, femmes et enfants juifs déportés à Auschwitz depuis Angers, en juillet 1942.

Le 20 juillet 1942, le convoi n°8 quittait la gare d’Angers pour une funeste destination, le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne. À son bord, 821 hommes, femmes et enfants juifs raflés dans tout l’Ouest de la France. Parmi eux, seulement 30 survivront. Le 17 juillet 2022, à l’occasion de la commémoration des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et de l’hommage aux Justes de France, une plaque était dévoilée sur le quai du Maroc, rue Brosseau. Deux ans plus tard, à l’approche de l’été, sera inaugurée "Voie blanche", une œuvre installée place Giffard-Langevin. Pour qu’Angers se souvienne. "À la suite d'échanges entre la municipalité et l'Association des familles et amis des déportés du Convoi n°8, l’idée est née dès le début du premier mandat de Christophe Béchu de proposer une réponse mémorielle pour rendre hommage aux victimes. Un comité scientifique a été formé en juillet 2021 pour avancer dans la concrétisation du projet", rappelle Karine Engel, adjointe au Devoir de mémoire.

Un long ruban de béton clair

"Voie blanche" est le fruit du travail conjoint du sculpteur Emmanuel Saulnier et de Nicolas Michelin, l’architecte-urbaniste en charge du réaménagement de la place. Implantée en parallèle des voies de chemin de fer, l’œuvre prendra la forme d’un étroit ruban de béton clair long de 64m (sur 60cm de large) sur lequel seront inscrits les noms, prénoms et âges des 821 déportés. Le tout délicatement posé sur un tapis végétal. "L’idée ici est de faire réapparaître ceux que les nazis voulaient faire disparaître", explique l’artiste. À quelques mètres de là, près de l'oeuvre "Erable et Loups" de Roland Cognet, une table expliquera le contexte historique. "Témoigner de l’histoire de la Déportation et de cet événement majeur pour notre ville est essentiel. C’est d’autant plus vrai en ces temps où le repli sur soi gagne du terrain", affirme le maire Jean-Marc Verchère.

La newsletter