Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
Fermer la zone de recherche

Place Kennedy, au temps de l’antiquité romaine

Menu

Culture

Jusqu’au 30 juin, un diagnostic archéologique est mené sur la place Kennedy, en amont de l’aménagement futur du site. Un mur et une tour de l’enceinte antique romaine ont notamment été révélés.

Cela fait une semaine que l’équipe de l’institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) s’affaire dans la tranchée percée à la pelle mécanique, place Kennedy. L’opération, qui s’est focalisée dans un premier temps sur le haut de la place, est réalisée dans le cadre du réaménagement à venir du site. "Ce diagnostic préalable est une obligation légale en amont de toute intervention, rappelle Martin Pithon, responsable des recherches à l’Inrap, accompagné sur le chantier par Alain Betton, son collègue archéologue. C’est d’autant plus vrai dans ce secteur qui fait l’objet de deux projets de recherche autour du château et de l’enceinte antique romaine." Une aubaine puisque les premières découvertes mises au jour renvoient directement à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle.

Le plus grand monument de la ville

Un impressionnant mur, une courtine, et l’arc d’une tour ont en effet été révélés. "Nous nous attendions à les trouver, complète l’archéologue, d’autant qu’un premier sondage avait été réalisé en 1921 par le chanoine Paul-Marie Pinier. Ce qui est remarquable ici est l’état de conservation qui nous fournit de précieuses informations sur le mode de construction utilisé. Ce dernier, fait d’une association de moellons d’arkose et d’une assise en brique, est classique des murs romains." Cette enceinte n’est ni plus ni moins que le monument le plus grand de la ville avec ses 1 300 mètres linéaires de murs d’une dizaine de mètres de haut et de 4 mètres de large, sa quinzaine de tours de défense et ses trois portes. Le tout encerclant une zone de 9 ha qui comprend la cité historique et le quartier de la cathédrale. "Nous sommes face à l’un des jalons de l’urbanisation de la ville, explique Martin Pithon. C’est une pièce du puzzle comme le sont, par exemple, la tour romaine située en face de la médiathèque ou encore le pan de mur à côté de l’office de tourisme qui permet de se rendre compte de la hauteur de la fortification qui restera visible jusqu’en 1830."

Nouveau sondage en septembre, place de l’Académie

"Notre territoire est riche d'un patrimoine exceptionnel, souligne Nicolas Dufetel, adjoint à la Culture et au Patrimoine. Au moment de lancer le grand projet d’aménagement des places Kennedy et de l’Académie, ces fouilles nous rappellent les nécessaires enjeux de préservation, de valorisation et de transmission. Dans ce monde dans lequel nous vivons, nous avons besoin de sciences, d’histoire, de repères."

Prochaines étapes: l’enregistrement, éléments par éléments, des matériaux trouvés et la rédaction d’un rapport qui permettra de compléter la somme des informations archéologiques déjà collectées dans ce secteur. Après rebouchage, un nouveau sondage est prévu dans la partie basse de la place, à compter du 21 juin, avant de se déplacer, en septembre, du côté Académie dont la documentation est beaucoup moins renseignée.

La newsletter