Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

Biopole: plus que six mois de chantier à Saint-Barthélemy-d'Anjou

Menu
  • Partagez sur

Propreté

À Saint-Barthélemy-d'Anjou, le centre de valorisation des déchets ménagers de l'agglomération Biopole poursuit sa construction. Il devrait entrer en service en décembre 2010.

Il devrait accueillir ses tout premiers déchets et commencer à fonctionner en décembre 2010. Pour le moment, le centre de valorisations des déchets ménagers Biopole poursuit sa construction. Près de quatre-vingts personnes sont en permanence sur cet immense chantier démarré en mars 2009.

Implanté à Saint-Barthélemy-d'Anjou, Biopole est un projet d'Angers Loire Métropole. Il occupera 15 000m² de bâtiments sur un site de 9 hectares, en bordure de la rocade Est.

C'est là que seront acheminés et valorisés les déchets ménagers de l'agglomération, en remplacement de l'actuelle usine d'incinération des ordures ménagères de La Roseraie à Angers. Le coût des travaux s'élève à 51,5 millions d'euros hors taxes, sachant qu'une partie fera l'objet d'une subvention européenne et régionale.

La capacité de Biopole sera de 90 000 tonnes de déchets par an, traités grâce à des procédés innovants : traitement mécano-biologique, méthanisation, cogénération.

Biogaz et compost

Ainsi, la partie organique de ce volume sera séparée du reste des déchets et valorisée sur place. L'opération permettra de récupérer du biogaz (utilisé ensuite pour produire de l'électricité et de la chaleur) et du compost (destiné à l'agriculture pour l'amendement des sols).

Des investissements importants ont été réalisés pour la réduction des nuisances, notamment le bruit et les odeurs. Merlons anti-bruit, manipulation dans des bâtiments fermés, système d'extraction d'air, filtres… permettront à l'équipement d'être bien en deçà des réglementations actuelles.

Pour l'ensemble des usagers, des gestes de tri encore plus précis vont devoir être adoptés afin de limiter au maximum les refus et leur envoi vers la décharge ou l'incinération. À bannir notamment: le verre et les déchets dangereux.

(Photos: Thierry Bonnet/Ville d'Angers)

La newsletter
60618