Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

Rénovation urbaine de Belle-Beille

Menu
  • Partagez sur

Le projet

Faire de Belle-Beille un quartier attractif, équilibré socialement, riche de programmes immobiliers innovants et abordables, mais aussi d’équipements publics et commerciaux répondant aux besoins des habitants actuels et à venir...

Ce sont les engagements scellés le 12 juillet 2018, par la Ville d’Angers, Angers Loire Métropole et leurs partenaires sociaux (Angers Loire Habitat et Immobilière Podeliha, Podeliha Accession), avec l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) et ses partenaires (Action logement, la Caisse des dépôts et consignations).

Ce vaste quartier, au cadre naturel exceptionnel, bénéficie actuellement d’un programme de renouvellement urbain. La « rénovation verte du grand Belle-Beille » est déjà engagée, dans le cadre d’un processus d’éco-quartier, et sera réalisée jusqu’en 2026.

En parallèle, la réalisation des lignes B et C du tramway permettra une mise en service dans le quartier en 2022.

Une polarité Beaussier retravaillée, un habitat plus qualitatif, des équipements remaniés... la « rénovation verte » du Grand Belle-Beille est en marche.

Financement :

  • 400 millions € d'investissements contractualisés pour cette nouvelle opération de rénovation urbaine, dont bénéficieront les deux quartiers de Belle-Beille et Monplaisir :
    1. 100 millions € investis par la Ville et Angers Loire Métropole
    2. 200 millions €investis par les bailleurs sociaux (Angers Loire Habitat, Podeliha)
    3. 100 millions €, c'est le montant qu'Angers Loire Métropole va percevoir de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru).
  • À cette contractualisation, la Ville et Angers Loire Métropole ajouteront 100 millions € hors convention.

Équipements et aménagements

Le projet de restructuration du centre Beaussier prévoit de transformer cet espace en une véritable place publique.
Le projet de restructuration du centre Beaussier.

La nouvelle place Beaussier

Le centre commercial sera totalement restructuré. Beaucoup plus ouvert, il proposera une place publique tournée vers la future station de tramway située sur le boulevard Beaussier. Pour cela, une galerie commerciale sera recréée en « L », adossée au supermarché.

De nouveaux équipements publics viendront renforcer cet ensemble, tels qu’un nouveau Relais Mairie, qui intégrera en son sein la Fabrique à entreprendre et une antenne de la Mission locale angevine, pour l’accompagnement à l’emploi et à la création d’entreprise. Un pôle santé regroupant médecins, infirmiers et professions paramédicales sera également installé.

L’arrivée du tramway (lignes B et C) contribuera à générer du flux sur cet espace charnière entre le campus et la rive résidentielle. Le carrefour et la traversée du boulevard Beaussier au niveau du Petit Bois seront reconfigurés. Cet espace boisé, qui a déjà fait l’objet d’une mise en sécurité, sera aménagé dans le cadre d’une démarche concertée. Objectifs : imaginer un espace favorisant la rencontre entre le monde universitaire et les habitants du quartier, valoriser et renforcer les liaisons douces...

Calendrier : jusqu'en 2021

L’école Pierre-et-Marie-Curie

Le groupe scolaire réhabilité et agrandi sera livré en 2021.
Le groupe scolaire réhabilité et agrandi sera livré en 2021.
Le groupe scolaire réhabilité et agrandi sera livré en 2021.

Le groupe scolaire sera réhabilité et agrandi. Les effectifs augmenteront et seront portés à 300 élèves à la rentrée 2021, afin d'accueillir les nouvelles familles. Une classe « passerelle » est prévue, visant à faciliter l’entrée à l'école des enfants de 2 à 3 ans.
Sur ce même site, l’accueil de loisirs maternel (3-6 ans) de 50 places sera maintenu. L’accueil de loisirs enfance (6-14 ans) sera transféré vers une nouvelle structure au Lac-de-Maine. Une crèche de 18 berceaux et un service de restauration en self-service (270 repas) s’installeront en extension des bâtiments actuels. Ces équipements de petite enfance et de maternelle pourront ainsi dialoguer, organiser des rencontres et activités communes.

Les espaces extérieurs seront complètement revus : parvis d’entrée du groupe scolaire végétalisé, cour de récréation, stationnements, etc.

Globalement, sur ce secteur Sauveboeuf, l’environnement de l'école sera réaménagé et désenclavé. Une nouvelle connexion vers la rue Edouard-Floquet facilitera les circulations douces et piétonnes.

La ludothèque sera relocalisée au sein du centre Jacques-Tati en complément de la bibliothèque, à l’été 2019, renforçant la thématique éducative et culturelle de la pôlarité Tati.

Calendrier : jusqu'en 2021

Le secteur sportif Millot-Robin

Faisant suite à la création de la halle Millot, le gymnase sera réhabilité.

La halle sportive Millot a été réalisée en 2018. Elle a permis de couvrir les terrains de basket situés derrière le gymnase. Budget : 530 000 €.

Le projet prévoit la réhabilitation du gymnase. Est également recherchée, en concertation avec les habitants, la création d'un lien plus fort avec les terrains de pratiques sportives informelles situés au niveau du stade Paul-Robin.

La nouvelle piscine

La piscine actuelle est impossible à réhabiliter.

Si la piscine actuelle connaît une fréquentation régulière (60 000 entrées par an), elle est impossible à réhabiliter du fait de sa conception.

Une nouvelle piscine sera créée sur la polarité Tati, afin de renforcer sa thématique socio-éducative et en complémentarité des équipements existants. Une concertation sera menée pour définir son emplacement.

Elle disposera d’un bassin de nage et d'apprentissage couvert. Elle devrait attirer un public varié, composé d’étudiants et de salariés du campus Technopole, mais aussi de familles, d’associations, de personnes âgées ou porteuses de handicap.

Calendrier : 2020 à 2024

Le tramway

Le tram partira de la technopole, passera ensuite boulevard Patton, pour arriver jusqu’au boulevard du Bon Pasteur.
Le tram partira de la technopole, passera ensuite boulevard Patton, pour arriver jusqu’au boulevard du Bon Pasteur.
Le tram partira de la technopole, passera ensuite boulevard Patton, pour arriver jusqu’au boulevard du Bon Pasteur.

L’arrivée du tramway représente un enjeu majeur pour Belle-Beille. Les six stations situées dans le quartier assureront un lien nouveau avec le centre-ville d'Angers. Un parking relais gratuit sera aménagé à proximité du carrefour Beaussier-Patton et du centre de formation CNFPT.

Le tram partira de la technopole, desservira l’université de Belle-Beille et la future place Beaussier, passant ensuite boulevard Beaussier, avenue Patton puis boulevard du Bon-Pasteur. Il filera ensuite vers la Doutre, le nouveau pont des Arts et Métiers et l’esplanade Cœur de Maine créée au niveau de la place Molière. Là, les lignes B et C se sépareront, la première filant jusqu’à Monplaisir, en passant par la fac Saint-Serge et le nouveau Centre de congrès ; la seconde rejoignant La Roseraie, et desservant auparavant la place du Ralliement, le boulevard Foch et la gare.

Le tramway fonctionnera de 5h à 1h30 à la cadence d’une rame toutes les 8 minutes sur chacune des lignes, permettant une cadence renforcée de 4 minutes là où les 2 lignes se superposent, ce qui est le cas sur l’ensemble du quartier de Belle-Beille.

Calendrier : jusqu'en 2022

En savoir plus sur le projet du tramway

La chaufferie urbaine

La chaufferie urbaine a été construite en 2017.

Située rue Alexandre-Flemming, la chaufferie urbaine au bois de Belle-Beille a été construite en 2017 et mise en service en 2018.

Elle se compose d’un bâtiment abritant les deux chaudières bois et les silos de stockage du bois. La hauteur du bâtiment est de 13 m, tandis que celle la cheminée est de 21 m. Ce réseau de chaleur se déploie sur 15 kilomètres. Avec sa façade recouverte d’un bardage bois, le bâtiment est conçu pour s’intégrer à son environnement. Budget : 10 millions d’euros.

Économique, environnementale, sociale, elle répond aux objectifs de la « rénovation verte » du quartier :

  • Un prix stable et maitrisé pour les abonnés, et sous contrôle de la Collectivité
  • Des contrats d’approvisionnement en bois conclus pour une durée de sept ans
  • Un combustible bénéfique par rapport à l’effet de serre : diminution de 95 % des rejets de CO2 par rapport aux énergies fossiles, dont le gaz naturel utilisé aujourd’hui. Le bois absorbe le carbone de l'atmosphère par photosynthèse. Sa combustion restitue le même volume de carbone. Les combustibles bois utilisés par la chaufferie sont des sous-produits des forêts et des scieries locales, mais également des produits provenant des bocages angevins et des bois en fin de vie
  • Une énergie renouvelable : grâce à une gestion durable des forêts et des bocages, la consommation en bois ne dépasse pas le volume de production naturel des bois sur pied
  • Soutien à la filière bois et à l'emploi local : sur la consommation totale de 12 000 tonnes de bois/an de la chaufferie, 70 % provient d’un rayon de moins de 50 km (l’approvisionnement des 30% restant se fait dans un rayon inférieur à 100 km)

Cette chaufferie urbaine alimente en chauffage et en eau chaude sanitaire 1200 logements et les équipements d'une large partie du quartier (équivaut à un total de 4 000 logements), dont les locaux de l'Université, du Crous et des grandes écoles, le Sdis, la gendarmerie, le CNFPT, les lycées, collèges, écoles, gymnases, maison de quartier, piscine... Ses deux chaudières bois couvrent 80 % des besoins, ses deux chaudières gaz assurent les 20 % restants.
La réalisation, le financement, la gestion et la commercialisation de ces équipements ont été confié par la Communauté urbaine d’Angers Loire Métropole à la société publique locale (SPL) Alter Services, dans le cadre d’un contrat de délégation de service public, contrat qui définit la tarification de la chaleur pour les abonnés. Alter Services assure la vente de chaleur auprès des abonnés et la Collectivité assure le contrôle de cette délégation.

L’Istom

Le bâtiment constitue une sorte de trait d’union entre la ville et le bois.
Le bâtiment constitue une sorte de trait d’union entre la ville et le bois.
Le bâtiment constitue une sorte de trait d’union entre la ville et le bois.

En octobre 2018, 550 étudiants ont fait leur première rentrée à l’Istom d’Angers. Cette École d’ingénieur en agro-développement international forme des ingénieurs spécialistes des filières agricoles. Elle a fait le choix stratégique de s’installer au cœur d’une région qui excelle dans les domaines de l’innovation végétale et du numérique. Riche de nombreuses associations étudiantes, l’école souhaite développer des liens et des initiatives avec les acteurs du quartier et s’inscrire pleinement dans la vie sociale de Belle-Beille.

Un bâtiment propre à l’école, de 4 500 m2, a ainsi été construit, s’intégrant naturellement dans le projet de rénovation verte du quartier. Son architecture intérieure et extérieure lui confère une identité visuelle forte. Il constitue une sorte de trait d’union entre la ville et le Petit Bois, l’espace boisé situé à l’arrière du bâtiment.

En face de l’école de commerce l’Essca, il participe à la valorisation de l’entrée du campus de Belle-Beille, à la création d'une ambiance active, conviviale et végétale.

Le parc Saint-Nicolas

Les entrées du parc seront mises en valeur.

Les entrées de ce site remarquable seront mises en valeur.

Une connexion douce par le cœur de quartier Jacques-Tati sera aménagée afin de le relier à l’avenue Patton et aux stations de tramway. Cette entrée sera complémentaire des deux autres entrées proposées au niveau de l’avenue Notre-Dame-du-Lac et de Boisramé.
L’étang et les parcours seront valorisés, en lien avec les parcs des Carrières et de la Garenne. Des parcours santé bien-être seront créés.
Un projet d’une nouvelle passerelle, pour traverser l’étang, est à l’étude.

Calendrier : jusqu'en 2024

Le logement

L’habitat constitue un volet essentiel du renouvellement urbain, économique et social du quartier.

L’habitat constitue un volet essentiel du renouvellement urbain, économique et social du quartier.

1 318 logements seront rénovés et leurs équipements modernisés, favorisant économies d’énergie et améliorant les abords et l’image des résidences.

Environ 500 logements seront construits en assurant une réelle qualité architecturale et environnementale, avec des collectifs à taille humaine et des logements individuels groupés en maisons de ville.

Dans un objectif de mixité sociale, une partie des logements seront proposés à un prix abordable, calculé sur la base de la capacité financière actuelle des habitants du quartier.

623 logements seront démolis, pour permettre la mutation du quartier. Un important travail d’accompagnement au relogement est assuré par les bailleurs (ALH, Immobilière Podeliha ; coordonnées ci-dessous).

Le relogement préalable à la démolition d’un logement est un moment important dans la vie d’un ménage. C’est l’occasion d’un point d’étape approfondi pour recenser l’ensemble des besoins (localisation, niveau de loyer possible au regard du budget du locataire, etc.).
L’accompagnement des bailleurs peut être renforcé par celui du Centre communal d’action sociale (CCAS) de la Ville d’Angers. Priorité est donnée à l’expression des souhaits de la famille. Les relogements donnent lieu à un véritable processus pour transformer cette étape difficile en un nouvel élan pour les locataires concernés.
La qualité de l’ensemble de ces démarches est évaluée par l’Anru et ses partenaires, annuellement.

Calendrier : jusqu'en 2026

Les réalisations 2014-2018

La résidence Dauversière a été démolie en 2016.
Avenue Notre-Dame-du-Lac, 200 logements ont été réhabilités.

Avenue Notre-Dame-du-Lac, de nombreux changements ont eu lieu sur cette période 2014-2018 :

  1. Réhabilitation lourde de 200 logements (n°2 au 60) : réduction des charges locatives (moins 50%)
  2. Livraison de 51 logements sociaux (n°50)
  3. Démolition de 63 logements fin 2018 (n°20 et 40)

La résidence étudiante Dauversière (61 logements) a été démolie fin 2016.

Le local Appart'Infos a été mis à disposition de l'association CLCV (Consommation Logement Cadre de vie)

L’îlot Boisramé

Le local Resto Troc sera agrandi.

Cet îlot emblématique du quartier, situé dans un écrin de verdure et doté de belles perspectives sur le parc de la Garenne et l'étang Saint-Nicolas, sera recomposé.

Le restaurant d'insertion Resto Troc fait l'objet de travaux conséquents pour une extension et une mise aux normes de l’équipement. Deux immeubles pour une cinquantaine de logements seront démolis pour permettre la réalisation d'une trentaine de logements locatifs sociaux pour personnes âgées, complétée d'un programme de logements en accession à la propriété.

Cet ensemble d'opérations est représentatif de la « rénovation verte » de Belle-Beille, d'un certain art de vivre.

La résidence La Rose de Noël

La Rose de Noël sera déplacée dans le secteur de Farcy.

Cet établissement d’hébergement pour personnes âgées autonomes (Ehpaa) sera démoli, et reconstruit avenue Patton, dans le secteur de Farcy, à proximité des commerces et du tramway.

La capacité de la nouvelle résidence sera portée de 45 à 80 logements, à loyers modérés, et dotée de services ouverts au plus grand nombre.

Anticiper le vieillissement des habitants, permettre au plus grand nombre de pouvoir vivre et vieillir de façon autonome, chez soi, est un enjeu majeur pour les Angevins. En ce sens, un second ensemble de logements adaptés au vieillissement et au handicap sera construit à Belle-Beille, secteur Boisramé, disposant d’une trentaine de nouveaux logements adaptés et à loyer modéré.

Calendrier : 2021 à 2023

L'immeuble Les Bois d'Angers

L’immeuble en bois sera construit à proximité du parc Saint-Nicolas.
L’immeuble en bois sera construit à proximité du parc Saint-Nicolas.

Un immeuble en bois, appelé Les Bois d'Angers, sera bientôt construit à proximité du parc Saint-Nicolas, à l'intersection de l'avenue Notre-Dame-du-Lac et du boulevard Beaussier. La ville a en effet été retenue parmi 24 autres sites pour accueillir cette construction remarquable, dans le cadre d'un appel à projets national visant à promouvoir de nouveaux modes constructifs par la filière bois.

Ce projet s’inscrit dans la volonté de promouvoir, à Angers, une architecture contemporaine innovante et de grande qualité, tant sur le plan écologique que sur celui de son insertion urbaine et paysagère.

Il comprendra 58 logements en accession à la propriété, une résidence pour personnes âgées d’environ 35 logements de type T2 et T3. Le projet prévoit également une halte-garderie pour une trentaine de places, dotée d’un jardin en partie abrité.

Cet immeuble marquera l’aménagement d’une nouvelle entrée du parc Saint-Nicolas.

La zone naturelle située à l’arrière, au niveau du terrain de rugby, sera désormais inconstructible.

Calendrier : 2019 à 2021

À vos côtés

La maison du projet de Belle-Beille

Elle est ouverte aux habitants qui souhaitent s'informer, poser leurs questions et partager leurs idées au sujet de la rénovation du quartier. Réunions publiques, rencontres, ateliers de concertation y sont proposés au fil du projet.

33, avenue Notre-Dame-du-Lac - 02 41 19 53 70

Ouvert (permanences tout public) :

  • le mardi de 14h à 18h
  • le mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Possibilité d’accueil sur rendez-vous en dehors de ces heures d'ouverture.

Les bailleurs accompagnent les relogements

Angers Loire Habitat
Agence des Deux Lacs
3 bis, rue Pierre-Gaubert / Angers
02 41 23 57 57

Immobilière Podeliha
7, rue de Beauval / Angers
02 41 68 77 00

Concernant le tramway

La Maison des projets vous informe :
7, rue Plantagenêt
Ouverte : du mercredi au samedi, de 11h à 18h.

La médiatrice travaux répond à vos questions :
Point info tramway : 8, rue Louis-Dolbeau / Angers (permanence sur rdv)
mediatrice.belle-beille(at)angersloiremetropole.fr
06 04 52 21 41

Contenus actualisés le 12 sept 2018.

La newsletter
59500