Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

Malgré le confinement, les producteurs locaux répondent toujours présent

Menu
  • Partagez sur

Economie // Emploi

Depuis la fermeture des marchés de plein air, les moyens de distribution alternatifs se développent et permettent de continuer à "acheter local", dans le respect des règles sanitaires.

"Adopte un maraîcher", quand les commerçants accueillent des producteurs

Photo de vente de fruits et légumes au cinéma Les 400 Coups.
Programmation inhabituelle aux 400 Coups jeudi 16 avril, avec une vente de fraises et légumes de saison. (Photo: ville d'Angers)

"On s’y attendait, mais quand la décision est tombée, c’était quand même un coup dur…" La décision en question, c’est celle de la fermeture des marchés de plein air, annoncée le 23 mars par le Premier ministre. Pour Jean-Claude et Nadine Blanche, qui écoulent toute leur production de fruits et légumes sur les marchés d’Angers, cela signifiait l’arrêt pur et simple de leur activité. "Depuis 34 ans, nous sommes présents chaque semaine sur les marchés des places Leclerc, La Fayette, Bichon et Bordillon. Avec leur fermeture, il fallait absolument qu’on trouve d’autres lieux de vente."

Autant dire que l’initiative "Adopte un maraîcher" est tombée à pic. Portée par Stéphane Pabritz, adjoint au maire délégué aux marchés de plein air, elle invite les commerçants qui ne peuvent pas exercer leur activité habituelle à ouvrir leur local de vente, pour accueillir des producteurs locaux.

Ce jeudi 16 avril, c’est ainsi dans le hall du cinéma Les 400 Coups que Jean-Claude et Nadine Blanche ont pu installer leur étal. Un cadre évidemment inhabituel pour vendre des fraises, des laitues et des carottes, mais qui n’empêche pas la clientèle d’être au rendez-vous: pendant toute la matinée, le flux aura été régulier, en respectant bien sûr les distances sanitaires en vigueur. De quoi en tout cas rendre le sourire à Jean-Claude: "La période reste compliquée, c’est certain, mais on sauve les meubles, et on sera encore là quand l’activité reprendra son cours normal." En ces temps de confinement, c’est déjà une belle réussite.

Les lieux et horaires de vente proposés dans le cadre d'Adopte un maraîcher sont mis à jour quotidiennement sur le site internet dédié

"Nous avons compté sur la solidarité des commerçants"

Photo de Stéphane Pabritz.
(Photo: Thierry Bonnet/Ville d'Angers)

Stéphane Pabritz, adjoint aux marchés de plein air

"Nous avons lancé 'Adopte un maraîcher' très rapidement après l’annonce de la fermeture des marchés de plein air. Il fallait trouver une solution pour les producteurs qui, faute de nouveaux débouchés, risquaient de voir leurs fruits et légumes pourrir sans possibilité de vente. Nous avons compté sur la solidarité des commerçants, et le succès a été immédiat. Ils sont près de 100 aujourd’hui à ouvrir leur espace de vente. C’est une vraie bouffée d’oxygène pour nos producteurs locaux."

"La culture et la nature font bon ménage !"

Photo de Claude-Eric Poiroux.
(Photo: Thierry Bonnet/Ville d'Angers)

Claude-Eric Poiroux, exploitant des 400 Coups

"Je vois une vraie cohérence à accueillir des producteurs locaux au 400 Coups. Notre cinéma est très engagé sur les thématiques environnementales, avec l’accueil de nombreux débats et rencontres. Contribuer à ce que les filières courtes puissent continuer à fonctionner pendant le confinement, c’est un bon prolongement à cet engagement. Cela montre aussi que culture et nature font bon ménage! En cette période où l’activité économique tourne au ralenti, nous avons particulièrement besoin des deux, pour passer le cap et peut-être inventer de nouvelles solidarités."

Le succès des "drive" de producteurs

Photo de distribution de commandes au drive fermier.
La distribution au Drive fermier a lieu tous les jeudis après-midi. (Photo: Thierry Bonnet/Ville d'Angers)

Ils existaient avant le confinement mais sont en plein boom: les "drive" de producteurs connaissent un succès inédit, à l’image du "Drive fermier" installé au MIN d’Angers, rue du Maine. Créé en 2016, il permet de passer commande auprès d’une trentaine de producteurs et artisans de bouche. Depuis son ouverture, il tournait à une cinquantaine de commandes par semaine. En ce moment, c’est quatre fois plus. "Et encore, c’est nous qui avons décidé de fixer le plafond à 200 commandes. Au-delà, c’est compliqué de fournir et de préparer les colis", détaille Isabelle Lore, présidente du Drive fermier et productrice de produits laitiers.

Une fois prêtes, les commandes sont à retirer sur place le jeudi après-midi. Face à l’affluence, et pour répondre aux contraintes sanitaires, l’organisation s’est adaptée. "La distribution se fait désormais à l’extérieur du local, et les clients sont quasiment servis dans leur voiture, pour limiter au maximum les contacts." Un dispositif qui explique en partie le succès du drive: "Parmi nos nouveaux clients, il y a ceux qui fréquentaient auparavant les marchés de plein air et qui viennent chez nous pour retrouver des produits locaux, mais aussi des personnes qui ne se sentent pas en sécurité en ce moment dans les supermarchés. On espère que certains continueront à venir après le confinement!"

Le site du Drive fermier

Se faire plaisir avec les colis "Produit en Anjou"

La marque territoriale Produit en Anjou regroupe plus de 130 entreprises du Maine-et-Loire. Pour valoriser ses produits pendant cette crise sanitaire inédite, elle a lancé des colis alimentaires thématiques (sélection "matins d’Anjou" pour le petit déjeuner, mets fins "plaisirs d’Anjou"…), mais aussi des végétaux et fleurs coupées pour venir en soutien à la filière horticole locale. Commandés en ligne, ces colis peuvent ensuite être retirés au marché d’intérêt national (MIN).

Retrouver en ligne les produits du marché bio

Certains commerçants habituellement présents sur les marchés proposent à leurs clients de passer commande en ligne. C’est le cas par exemple des commerçants du marché bio de la place Molière: un formulaire permet de constituer sa commande, qui est ensuite à retirer au bar Le Maine situé sur la place.

Accéder au formulaire

Plus de 5000 références en vente directe

Alternative à la vente en boutique et sur les marchés de plein air, la vente directe propose au consommateur de se rendre directement chez le producteur pour y effectuer ses achats. La vente directe est toujours possible pendant le confinement, avec une offre très large. En témoigne le site Approximite.fr, mis en place par la chambre d'agriculture des Pays de la Loire et qui présente plus de 5000 références. Une cartographie de la vente directe proposée sur l'agglomération d'Angers est aussi en ligne sur le site d'Angers Loire Métropole.

A savoir...

Une cartographie des commerces qui restent ouverts. Les mesures de confinement n’imposent pas la fermeture de tous les commerces. De part leur activité, certains peuvent continuer à accueillir leur clientèle et ainsi contribuer à maintenir un service de proximité au bénéfice des Angevins, dans le respect des règles sanitaires et des gestes barrières. La cartographie "ça reste ouvert" permet de facilement localiser ces enseignes. On y retrouve les commerces alimentaires bien sûr, mais pas seulement: pharmacies, bureaux de poste, banques et assurances, stations service, bureaux de tabac/maisons de la presse, y sont aussi recensés. Accéder à la cartographie "Ca reste ouvert"

Un service de livraison à domicile proposé par la Ville. La Ville d’Angers et son Centre communal d’action sociale organisent un service de livraison de courses à domicile pour les personnes vulnérable. Ce service peut être sollicité une à deux fois par semaine. En savoir plus

La newsletter
63001