Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

Le restaurant universitaire deviendra un lieu culturel

Menu
  • Partagez sur

Culture

Dans le jardin des beaux-arts, l'ancien restaurant universitaire deviendra un lieu culturel. A partir de 2020, il accueillera le service éducatif "ville d'art et d'histoire", l'Artothèque et les archives patrimoniales.

L'ancien restaurant universitaire présente une surface totale de 2000m2. Au rez-de-chaussée, il accueillera le service éducatif "ville d'art et d'histoire". (Photo: Thierry Bonnet/Ville d'Angers)

Inoccupé depuis la fermeture du restaurant universitaire des beaux-arts, en 2015, le bâtiment de 2 000 m2 qui longe le jardin du musée, boulevard du Roi-René, connaît sa future destination. Il accueillera à partir de 2020 un nouveau lieu culturel, où seront rassemblés le Service éducatif "ville d’art et d’histoire", les archives patrimoniales de la Ville et l’Artothèque.

"Ce rassemblement contribuera à affirmer un pôle culturel fort sur cet espace, dans le voisinage du musée des beaux-arts, de la galerie David-d’Angers et de la médiathèque Toussaint", souligne le maire Christophe Béchu.

Pour les archives, le bâtiment pourra accueillir pas moins de 3 km de linéaires. Le déménagement permettra de libérer l'espace de stockage actuellement loué au Marché d'intérêt national. Une salle de lecture sera également ouverte aux usagers.

De son côté, le service éducatif bénéficiera d'une implantation plus centrale que ses locaux actuels, situés rue de Salpinte à la Roseraie. Il disposera également de plus d'espace, ce qui lui permettra de présenter en permanence la maquette grand format de la ville, actuellement visible uniquement lors d’événements particuliers comme par exemple les journées du patrimoine.

Outre ces installations pérennes, l’ensemble prévoit également des espaces d’expositions temporaires, dédiés notamment aux projets urbains et à l’art contemporain.

Après une phase de concertation, les travaux sont prévus de juin à décembre 2019, pour un coût de 1,5 millions d’euros.

La newsletter
61873