Conçu comme un parcours artistique urbain, le projet Echappées d’art est une manifestation d’art contemporain lancée chaque année par la Ville d’Angers, depuis 2016.

Se balader dans l’espace public et au détour d’une rue, d’une place, se laisser surprendre par des créations contemporaines, tel est le principe d’Echappées d’Art.

En connivence avec le patrimoine exceptionnel de la ville, les œuvres produites s’invitent pour dévoiler de nouveaux points de vue, activer notre imaginaire et ravir le passant. Les empreintes laissées sur les façades racontent des histoires et tissent des réseaux sociaux à l’air libre.

Les arts dans la cité pour une cité des arts, c’est l’ambition d’Échappées d’art pour une culture forte, au milieu de tous les vents, éclatante de jeunesse et de santé, partie prenante volontaire et inspirée de l’essor de notre ville.

Nouveautés 2023

Anders Gjennestad

Depuis plus de 20 ans, Anders Gjennestad crée au pochoir des peintures murales saisissantes de personnages en mouvement. Sur les murs de la nouvelle maison de quartier des Hauts-de-Saint-Aubin, il joue avec l’espace mural. Le personnage, universel, dialogue avec les éléments architecturaux du bâtiment et les arbres attenants pour créer une dynamique inattendue.

Avec le soutien de : AB Ingénierie, Gouin, Lionel Vié et Lucas.

Maison de quartier des Hauts-de-Saint-Aubin, 19 rue Marie-Amélie Cambell. Réalisée en mai 2023.

Arnaud Liard

Issu de la scène graffiti parisienne, Arnaud Liard est un artiste multiple, mixant plusieurs domaines de la création pour obtenir un résultat surprenant. Il explore plusieurs champs de recherche: l’abstrait, la figuration et la sculpture. L’artiste s’inspire de "l’esthétique du chaos" et s’intéresse aux paysages architecturaux déstructurés, aux trottoirs de goudron maintes fois rapiécés. Il se nourrit de ces petites et grandes imperfections.

Habillage d'une rame du tramway, à partir du 10 juin 2023

Brass Art

Dans le cadre du jumelage entre les villes de Wigan et Angers, le collectif anglais Brass Art a imaginé un parcours artistique. Inspirées par la tenture de l’Apocalypse, les oeuvres croisent différents univers et motifs. L’application TouchAr, conçue par les artistes eux-mêmes, permet de visionner ces oeuvres en 3D sur smartphone.

Oeuvres à découvrir du 10 juin au 20 octobre
Muséum des sciences naturelles, lunetier Motard, Galeries Lafayette, Repaire urbain
 

Roberto Ciredz

Le travail de l’artiste italien Roberto Ciredz apporte une réflexion sur la nature et l’humain à travers une approche chromatique dans l’échelle du bleu. Les figures et les éléments représentés sont le résultat d’études topographiques sur des cartes et des schémas terrestres en clin d’oeil aux éléments et formes naturelles. L’artiste développe son oeuvre d’art à travers une approche épurée et minimale.

Habillage d'une rame du tramway, à partir du 15 juin 2023

Jérôme Masi - "Childhood"

Graphiste et directeur artistique, Jérôme Masi propose des illustrations au design minimaliste jouant avec les formes géométriques, les aplats de couleurs et les contrastes pour un travail qui frôle parfois l’abstraction. Son style épuré simplifie le sujet pour ne montrer que l’essentiel. Ses illustrations en apparence très simples abordent des sujets variés, mais toujours traités de façon élégante et poétique. Il parvient à créer, avec le juste nécessaire, des images où chaque élément a toute son importance.

Complexe sportif de Monplaisir
Réalisée en juillet 2023

Pastel

Artiste argentin, Pastel appréhende le travail dans l’espace public comme une acupuncture urbaine. Beaucoup de ses oeuvres sont situées sur des façades qui fonctionnent comme des toiles pour ses peintures. La recherche principale de son travail est axée sur le respect de l’environnement en célébrant, grâce à un changement d’échelle, les plantes et fleurs qu’il peint. Pour ce projet au sein du nouveau parc de la Lande à Belle-Beille, l’artiste établit un dialogue entre l’intérieur imaginé d’un appartement et la végétation extérieure.

30 rue de la Lande (parc de la Lande)
Réalisée en octobre 2023

Fabian Rey

Célébrant l’amitié franco-américaine avec sa ville jumelle Austin, Angers accueille le muraliste Fabian Rey pour la réalisation d’une fresque au style unique et haute en couleur. Également photographe, directeur artistique et professeur d’art, l’artiste aux multiples casquettes met sa créativité au service de la diversité, inscrivant l’ouverture au monde et à l’autre au coeur de son oeuvre.

Boulevard Auguste-Allonneau (sous-station électrique du tramway)
Réalisée en octobre 2023

Ecole supérieure d'art et de design d'Angers (ESAD-TALM)

Pour la deuxième année, les élèves de l'ESAD-Angers ont utilisé ce mur comme laboratoire de création. Dans le cadre d’un programme pédagogique associant différents artistes enseignants chercheurs de l’école, ils abordent la question de la production d’une oeuvre dans et pour l’espace public. Espace de travail à ciel ouvert pour ces futurs artistes émergents, il est aussi un lieu de rendez-vous pour privilégier les rencontres avec des artistes confirmés.

Place François-Mitterrand (sous-station électrique du tramway)

Edition 2022

Barberine Faure

Jeune diplômée de l’école des Beaux-arts d’Angers, Barberine Faure joue à combiner motifs, teintes, et formes pour composer ses dessins peuplés d’êtres hybrides.

Elle présente une fresque inspirée par un bâtiment emblématique d’Angers, "la maison bleue", située sur le boulevard Foch, construite en 1929 et décorée par Isodore Odorico.

Place François-Mitterrand (sous-station électrique du tramway)

Julien Colombier

L'univers artistique de Julien Colombier est à la fois onirique, féérique, flamboyant et inquiétant. Il est peuplé de jungles ou de forêts tropicales luxuriantes et colorées qui jouent avec les limites de la figuration et du décoratif. Loin d’une vision simplement naturaliste, Julien utilise le motif floral comme élément graphique dont la répétition infinie prend tout son sens, jouant des textures et des volumes pour un résultat enivrant, presque palpable. À cela s’ajoute une vision de la couleur impressionnante. 

Rue Haute-de-Reculée (CHU d'Angers)

Momo

Passé maître dans les créations murales gigantesques mêlant art abstrait et art optique, l'artiste américain MOMO, né à San Francisco en 1974, a la particularité de travailler avec des outils qu'il fabrique lui-même, adaptant des motifs géométriques sur de très grands formats. Ses premières œuvres étaient souvent éphémères et non autorisées, touchant à de nombreux domaines allant du collage au codage informatique. Ses travaux plus récents se concentrent sur les peintures murales.

1 rue Henri-Bergson (gymnase de la Roseraie)

FAMA

Le projet FAMA ("French American Mural Art"), série de fresques monumentales de street art à quatre mains abordant des enjeux de société communs aux Etats-Unis et à la France, arrive à Angers dans le cadre de l'édition 2022 d'Echappées d'art. Il poursuit une longue histoire d’échanges artistiques entre nos deux pays.

Angle de l'avenue de la Constitution et de l'allée François-Mitterrand

Edition 2021

"Douce Vie", fresque peinte en hommage à l’artiste Hyuro par Faith47 et Helen Bur (Espagne, Afrique du Sud, Etats-Unis), rue Valdemaine.

"Le temple de Monplaisir", Ali et Mioshe (France), projet issu du budget participatif "Angers l’art à ciel ouvert", boulevard Schuman.

"Landscape Composition" par l’artiste polonais Sainer, sur une façade de la salle de sports Jean-Moulin, rue des Capucins.

Edition 2020

Tania Mouraud

Ne faites point de mal à la Terre

Depuis 1989, Tania Mouraud, artiste française, réalise des peintures murales en expérimentant la plasticité de l’écriture à l’échelle de l’architecture. Les lettres noires et les espacements blancs, calculés au nombre d’or, sont étirés jusqu’à la limite du lisible. C’est paradoxalement la monumentalité de l’écriture qui rend la lecture ardue et l’assimile à une composition abstraite. Tania Mouraud utilise des phrases poétiques ou littéraires aux résonances multiples qu’elle contextualise en rapport avec le lieu de son intervention. Pour Angers, l’artiste a opté pour un extrait de l’apocalypse. Ce choix s’est imposé en référence à la tenture médiévale qui se trouve au Château d’Angers.

Fresque en noir et blanc réalisée sur le principe des lettres cachées, à proximité du théâtre Le Quai.

Rue Justicière

La Douceur

Yaye

Réalisée dans le cadre de l'opération "l'art à ciel ouvert", issue du budget participatif 2018, cette fresque onirique symbolise la transmission mère-fille. Elle a été réalisée par le collectif La Douceur, créé en 2017 par Lemilo et Silas, deux artistes peintres angevins.

Rue André-Maurois

Dupin et Duclos (France)

Fresque visible sur les fenêtres du Repaire Urbain

Jordane Dupin et Corentin Duclos forment le duo Dupin & Duclos. À quatre mains, ils dessinent des villes imaginaires, spontanées, intemporelles, dans le but de créer des œuvres contemplatives et stimulant la créativité du spectateur. Leur travail vise aussi à questionner la construction de nos espaces urbains en abordant le thème de la sur-urbanisation.  

Jardin du musée des beaux-arts

Damien Poulain (France)

Hope

L’artiste Damien Poulain, originaire du quartier de Belle-Beille a été choisi pour la réalisation d’une fresque murale sur le mur de la rue de la Barre. A partir de son univers graphique et coloré, il a travaillé sur un message optimiste, "Hope" (espoir en anglais) écrit en trois couleurs: bleu, orange et blanc cassé, jouant sur les formes et l'illusion d'optique imposée par la longueur du mur. En peignant dans la ville, l'artiste désire créer du lien social et nous amener à nous interroger sur le monde qui nous entoure. 
Lire l'interview de Damien Poulain
Fresque réalisée dans le cadre de l'opération "l'art à ciel ouvert", issue du budget participatif 2018.

Rue de la Barre

Marc-Antoine Mathieu (France)

Tous les murs sont supports de rêveries quand ils sont plus bas que l'horizon

L’artiste angevin Marc-Antoine Mathieu a été choisi pour la réalisation d’une fresque sur ce mur dominant les ateliers de création de Lucie Lom dont il fait partie, rue Edouard-et-Renée-Coëffard dans le quartier du Grand-Pigeon. Issu de son univers de bande-dessinée, la fresque est un manifeste à l'imaginaire.
Fresque réalisée dans le cadre de l'opération "l'art à ciel ouvert", issue du budget participatif 2018.

Rue Edouard-et-Renée-Coëffard

Le dispositif "Mur Mur Moi"

Avec le dispositif "Mur Mur Moi", la Ville souhaite accompagner la pratique locale du street art, en expérimentant la mise à disposition de murs d’expression libre sur lesquels chacun peut s'exprimer artistiquement (graffiti, collage, pochoir...), sans demande d’autorisation préalable.

Cinq sites sont concernés:

  • le parc et le skate-park de Saint-Serge
  • les murs de l'université sur le campus Saint-Serge
  • une palissade de chantier temporaire dans le quartier Saint-Serge
  • le mur d'enceinte du parking du Chabada
  • la voie verte dans le prolongement de la rue Nicolas Appert
La newsletter