Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

Echappées d'art

Menu
  • Partagez sur

Conçu comme un parcours artistique urbain, le projet Echappées d’art est une manifestation estivale d’art contemporain lancée par la Ville d’Angers.

Depuis son initiation en 2016 avec la participation de Julien de Casabianca, l’événement a pour objectifs de faire sortir l’art des musées, de promouvoir la création contemporaine et de surprendre les publics. En 2017, Okuda, Vhils, Hobz et Ali sont intervenus sur les murs de la ville.

En 2018, l’événement s’attache à valoriser les collections des musées sur la thématique du bestiaire, en lien avec l’exposition La Grande Parade des animaux, à travers des reproductions d’oeuvres à découvrir au détour des boulevards, commerces, ruelles et places de la ville.

La saison 3 de cet événement a également pour ambition de soutenir la création artistique contemporaine dans l’espace urbain. Les artistes internationaux Tellas, Daniel Muñoz et Hitnes investissent ainsi différents sites du centre-ville, tandis que le Parisien Eltono habille lui des rames du tramway.

À noter aussi la reconduction de deux Panneaux artistiques libres (PAL) installés rue Plantagenêt et place Maurice-Sailland, sur lesquels quatre artistes interviendront en live, tout comme le public, au gré de son inspiration.  Mais également la décoration de deux palissades de chantier, au jardin des Plantes et dans le bas du boulevard Ayrault, confiées à des graffeurs.

Retour sur Echappées d'art 2017

Alexandre Farto alias Vhils est un street artiste portugais. Le mur est son support de prédilection.  Pour Echappées d’art 2017, Vhils a dessiné le portrait d’une jeune femme anonyme à laquelle il est possible de s’identifier.

Cette réalisation fait partie d’un projet développé dans différentes villes du monde entier depuis 2007, intitulé Scratching The Surface series (série "Gratter la surface"), qui consiste en une série de portraits gravés à même les murs.

Street artiste espagnol, Okuda a réalisé place Saint-Aubin la fresque Apocalypsis, inspirée de la tenture de l'Apocalypse et du Chant du monde de Jean-Lurçat.

La newsletter
60887