Parc de l'Arceau

Historique

L'Arceau, ancien manoir situé dans le fief de Pigeon, relevait de la commanderie du Temple d'Angers. Il a probablement été construit vers 1572 pour un échevin d'Angers, Jean Lefèvre. Deux maçons sont témoins d'un marché de charpente, Jacques Allaire et Jean Soyvyn.
 
Il est très restauré, sinon reconstruit, par l'architecte Ernest Dainville en 1867 pour le zoologue et ornithologue Gabriel Rogeron : un monogramme RP sculpté sur la façade associe son nom à celui de son épouse Aline Peton. La silhouette générale évoque la Renaissance, mais la disposition des pavillons, le percement régulier des fenêtres et le dessin des lucarnes portent la marque du XIXe siècle.
 
Gabriel Rogeron avait réuni une remarquable collection d'oiseaux de l'Anjou. A la mort de sa veuve, la collection est mise en vente aux enchères et acquise par Ferdinand Bougère, député de Maine-et-Loire, qui l'offre au muséum d'Angers.
 
Vers 1959, la Ville a acheté la propriété de l'Arceau, 11 hectares limités par deux voies ferrées, avec autrefois des vignes, des pâturages incluant le Petit Arceau. Les fermiers pratiquaient l'alternance des cultures : blé, orge, avoine, betteraves, luzerne, prairies, jusqu'à cette date. Un nouveau quartier y est né, le lotissement de l'Arceau.