Paroles de parents

Mon enfant s'isole sur un écran

Je n'attends pas l'adolescence pour répondre aux questions. J'éduque dés tout petit.

Je définis la durée en fonction de l'âge et de la maturité, du lieu et de l'heure et je m'y tiens.

Je partage et je m'implique dans le jeu

Je me tiens informé en tant que parents

Mon enfant a des difficultés à trouver seul le sommeil...

Je ne culpabilise pas de ne pas rentrer dans les "normes" (endormissement dans le lit des parents, dans le canapé de la mezzanine...)

J'aide l'enfant à repérer ce dont il a besoin (son heure de coucher, son temps de sommeil nécessaire), et lui donne un objet rassurant (foulard de maman, oreiller de papa)

Je m'organise pour que l'heure du coucher soit un bon moment même si il est bref

Il est très important de tenir compte de l'âge de l'enfant suivant la situation.

J'accepte que chaque enfant ait besoin de rituel et d'attentions différentes (Donner un cadre peut rassurer)

J'organise un rituel de relaxation "sophrologique" (pour faire descendre l'énergie de la journée et se préparer mentalement au sommeil)

J'explique à mon enfant que c'est l'heure des parents et j'en profite. Je ne culpabilise pas

Je laisse mon enfant à l'école le matin

Je motive mon enfant sur ce qu'il aime : les activités, les copains, les menus de la cantine

Mon enfant est en retard : je l'aide à repérer le temps (utilisation d'un visuel coloré pour l'espace-temps)

Je lui rappelle qui viendra le chercher le soir

Je réconforte mon enfant : "tu peux t'adresser à la maîtresse" (ou l'atsem si cela ne va pas)

Je me rassure en posant, en osant poser des questions à l'enseignant

Mon enfant ne veut pas manger

J'adapte les portions et la présentation en fonction des goûts de chacun.

Je cherche à comprendre pourquoi.

Je reste ferme sur mon choix et ma décision de parent.

Je dédramatise. Je ne fais pas de chantage affectif (pour maman...). Je déculpabilise.

Il est 19h30, sur un lieu public désaccord... C'est la crise

Avant d'aller dans le lieu, je pose les règles : on regarde et on ne touche pas. Au supermarché, je n'achète pas de céréales et pas de jouets ; au parc, pas de manège ou un seul tour.

Je communique avec mon enfant sur ses émotions avant la rupture du dialogue.

Je donne le choix "préfères-tu ce pantalon ci ou celui-là ?"

Beaucoup d'enfants font des crises. Je m'isole avec lui pour qu'il reprenne son calme.

 

Pour plus d'informations cliquez ici