Conférence "Le métier de journaliste en zone de conflit"

Vendredi 28 novembre, à 20h00, sur la scène du Grand Théâtre, le président de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), Jim Boumelha, donnera une conférence sur le thème: « Le métier de journaliste sur les zones de conflit ».

Entrée libre, retirez votre billet à la billetterie du Grand Théâtre.

Avec un parcours dans l’économie, la politique, le droit humain, la justice sociale et les affaires internationales, Jim Boumelha bénéficie de plus de 25 ans d’expérience dans le journalisme, le droit et la communication.
Jim Boumelha a travaillé pendant 15 ans comme rédacteur en chef de revues scientifiques (1975-1990) au Pergamon Press à Oxford, à l’époque, le leader mondial des éditeurs.
Depuis 1990, il écrit pour plusieurs magazines scientifiques, des magazines consommateurs, des revues médicales ou encore pour des organisations syndicales (Haringey People, Greenwich Time). Spécialiste des médias, il rédige des chroniques régulières dans la Press Gazette. Il s’intéresse enfin aux questions raciales dans des journaux spécialisés.
Membre depuis 1992 de la Fédération Internationale des Journalistes, Jim Boumelha en assure la présidence depuis le congrès de Moscou de 2007. Anciennement Président de l’Union Nationale des Journalistes de Grande-Bretagne et d’Irlande, il en est aujourd’hui membre du Conseil Exécutif National.
La Fédération Internationale des Journalistes est la plus vaste organisation de journalistes au monde. A l’origine établie en 1926, elle sera relancée en 1946 pour être inaugurée en 1952 sous sa présente forme. Aujourd’hui, la FIJ représente environ 600 000 membres dans plus de 100 pays.

www.ifj.org

Dans le cadre de l'exposition "Camille Lepage, Photojournaliste"

La Ville d’Angers, en partenariat avec l’agence Hans Lucas et l’association Tisseurs d’images, accueille une exposition dédiée au travail de la photojournaliste angevine Camille Lepage, du 29 novembre au 28 décembre 2014, au Grand Théâtre.

Le décès brutal de Camille Lepage, le 12 mai 2014, en Centrafrique, a suscité une émotion considérable, comme le rappelle Alain Fouquet, adjoint au maire d'Angers chargé de la culture. Accompagnée par des Anti-Balakas, la jeune femme a trouvé la mort dans une embuscade, alors qu’elle effectuait un reportage sur les conditions de travail des enfants dans les mines de diamants, près de la frontière camerounaise.

Angers, sa ville d’origine, a décidé de lui consacrer une exposition exceptionnelle, à la fois hommage et rétrospective.