Un réseau de chaleur urbain à Belle-Beille

La chaufferie urbaine au bois

La chaufferie urbaine au bois se construit rue Alexandre-Flemming. Elle se compose d’un bâtiment abritant les chaudières et les silos de stockage du bois. La hauteur du bâtiment est de 13 mètres tandis que celle de la cheminé est de 21 mètres.

Avec sa façade recouverte d’un bardage bois, le bâtiment est conçu pour s’intégrer de manière harmonieuse à son environnement.

80% des besoins couverts par l’énergie bois

La chaufferie se compose de :

  • 2 chaudières bois couvrant 80% des besoins
  • 2 chaudières gaz pour les 20 % qui restent, afin de pallier les dysfonctionnements et lors des pics de froid

Rassemblant habitants d'Angers et Beaucouzé, professionnels et élus, un comité de suivi est mis en place pour assurer une veille sur le bon fonctionnement de la chaufferie.

 

15 km de réseau de chaleur pour desservir l’ensemble du quartier

Les locaux de l’université, du CROUS, les grandes écoles seront chauffés au bois à partir de 2018. Avec eux, les gros établissements tertiaires et équipements publics, tels que le SDIS, la gendarmerie, la CNFPT, les lycées, collèges et écoles, gymnases, maison de quartier, ... profiteront également du chauffage urbain. 1100 logements collectifs dans un premier temps, puis 200 autres bénéficieront de l’énergie bois.

Les études se poursuivent pour augmenter le nombre d’abonnés, et pourquoi pas l’étendre aux maisons individuelles.

La construction d’une chaufferie collective au bois, dite biomasse, s’intègre dans la rénovation verte de Belle-Beille.

Economique, environnementale, sociale, la chaufferie bois répond aux objectifs de la rénovation verte

  •  Un prix stable et maitrisé: les contrats d’approvisionnement en bois sont conclus pour une durée de 7 ans.
  • Un combustible sain : le bois engendre une diminution de 80% des rejets de CO2  par rapport au gaz utilisé aujourd’hui.
  • Une énergie neutre vis-à-vis de l'effet de serre : le bois absorbe du carbone de l'atmosphère. Sa combustion restitue le même volume. De plus, s’il n’est pas brûlé, le bois se décompose naturellement en CO2. Les copeaux de bois utilisés par la chaufferie sont les déchets des forêts et des scieries locales.
  •  Une énergie renouvelable : grâce à une gestion durable des forêts, la consommation en bois ne dépasse pas le volume produit.
  • Soutien à la filière bois et à l’emploi local : une consommation de 12 000 tonnes de bois/an, dont 70% proviennent d’un rayon de moins de 50 km (l’approvisionnement des 30% restant se fait dans un rayon inférieur à 100 km)

Informations

Pour être informé du déroulement et des impacts des travaux:

  • Complétez le formulaire ci-dessous pour recevoir la newsletter de votre quartier.