Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

Schéma directeur des paysages

Menu
  • Partagez sur

Cinq axes, 25 mesures. Le schéma directeur des paysages angevins a été voté par le conseil municipal le 24 juin 2019. Le maire, Christophe Béchu, en avait fait son cheval de bataille lors de ses annonces de début d’année: "Le moment est venu de prendre de nouvelles initiatives pour renforcer notre titre de ville la plus verte de France. Ce schéma directeur s’impose car le végétal s’inscrit dans notre histoire et participe à la préservation de la biodiversité, à la qualité de l’air, au rafraîchissement des sols, au stockage du CO2 et à la réduction des îlots de chaleur. C’est une réponse forte aux enjeux de la transition écologique que nous souhaitons pour notre territoire."

La stratégie mise en place vise tout d’abord à conforter l’identité paysagère de la ville. Cela passe par la révision du plan local d’urbanisme intercommunal pour y intégrer davantage les composantes végétales locales (arbres remarquables, espaces paysagers, bois classés, jardins patrimoniaux...) et par la définition des gammes végétales à utiliser lors des aménagements afin de respecter les équilibres écologiques.

Renforcer le patrimoine arboré

Le schéma prévoit aussi de compléter la trame verte et s’attaque à la gestion durable des espaces naturels sensibles, ainsi que des parcs, jardins, squares et paysages de voirie, dont un plan de réhabilitation est prévu. L’enjeu du plan est également de mieux connaître le patrimoine arboré, l’inventorier et le développer dans les rues et les parcs, notamment en y installant une cinquantaine d’arbres signaux chaque année et autant de fruitiers. La création de coupures vertes est aussi précisée avec un potentiel de 150000 arbres à planter pour limiter l’étalement urbain, dont 45000 sur le plateau de Grésillé dès l’automne 2019.

Enfin, la Ville ambitionne de faire davantage connaître ses collections remarquables (herbier du muséum, hortensias...), d’organiser un mécénat végétal et de sensibiliser les habitants mais aussi les promoteurs et aménageurs à l’identité naturelle d’Angers. Au total, la collectivité prévoit d’investir 10 millions d’euros pour la mise en œuvre de ce plan.

Sur le même thème, lire le focus "L'arbre en ville, pour quoi faire?"

La newsletter
62572