Desjardins

Faire du site de l'ancienne caserne Desjardins un parc habité

Les militaires ont laissé la place libre. L’ancienne caserne Desjardins est en passe de devenir un parc habité, largement ouvert sur le quartier et
« le plus visible possible des alentours ». C’est l’architecte-urbaniste Iga Dolowy qui a été chargée de créer, dans cet espace de six hectares à proximité de l'avenue Pasteur, un parc urbain au bénéfice de tous les habitants du quartier, en constituant un espace social de rencontres, de vie, de jeux, de détente. Les 430 logements construits ou en cours de construction bénéficient d'une attention très particulière en matière de qualité environnementale (orientation est-ouest, maximum de lumière naturelle, travail sur la consommation d'énergie…). Angers exprime ainsi sa volonté d’une politique d’aménagement durable.

Une nécessaire transformation

Pour répondre à la demande de logements, la Ville a acquis en 2000 la caserne Desjardins, libérée par l’armée en 1998. En 2003, elle confie l'aménagement de la ZAC à la Société d'aménagement de la région d'Angers (SARA). A l’issue du concours de maîtrise d’œuvre urbaine et paysagère, la Ville a décidé de retenir l’équipe constituée de l’architecte-urbaniste Iga Dolowy, associée à l’agence Phytolab, paysagistes, et à Boplan pour l'ingénierie. Elle met en oeuvre un programme immobilier aéré avec espaces verts et activités de proximité. L’aménagement repose sur le concept d’un “parc habité”, largement ouvert sur l’extérieur.

Les travaux ont débuté en janvier 2006 et l’îlot Desjardins aura son visage définitif en 2012.

L’option de la transformation du patrimoine existant a très vite été abandonnée en raison de la vétusté des bâtiments, du souci de cohérence d’aménagement et des coûts de réhabilitation. Néanmoins, la mémoire du lieu est conservée. Comme l’a souhaité le conseil consultatif de quartier, les deux pavillons d’entrée de la caserne accueilleront un équipement à vocation associative et une crèche multiaccueil pouvant recevoir une trentaine d'enfants. Ouverture de la crèche prévue en décembre 2009.

La grille de l'ancienne caserne a été conservée. Seule concession, au fronton, "caserne" a été remplacé par "quartier"
Sur les grilles d'entrée, l'exposition temporaire retrace l'histoire du lieu
Une grande prairie centrale s'ouvrant sur la ville pour tous les habitants du quartier
Trois nouvelles rues, limitées à 30 km/h, ont été créées
Au premier plan, l'un des bâtiments du Val de Loire. Au fond, l'immeuble de la Soclova
Le parc central, ouvert depuis juin 2007, un lieu de havre
Le jardin pédagogique fait face au bâtiment d'Excel promotion
Une aire de jeux permet aux enfants de se défouler en toute sécurité
La prairie centrale peut également accueillir des petits spectacles
Les travaux en cours d'achèvement sur les logements de Bouwfonds Marignan
Au sud-est de la parcelle, les logements intermédiaires de Lamotte Constructeur sortent de terre
Le parc central et derrière, le début de la construction des 70 logements d'Icade Capri
Le parc, en harmonie avec son environnement, s'ouvre sur la ville
Le jardin pédagogique vu d'en haut
L'aire de jeu
Le préverdissement permet aux nouveaux habitants d'avoir un espace vert pour les accueillir
En trois temps : préverdissement, constructions puis aménagements des voiries
Le gros œuvre se termine sur le bâtiment de la Soclova
Toiture végétalisée
Le développement durable passe aussi par le toit!
Les grues ne seront bientôt plus qu'un souvenir
Plus on s'éloigne du centre, plus la hauteur des bâtiments diminue
Habitat individuel superposé : de nouvelles formes urbaines
Un parc ouvert sur la ville
1.6 hectare pour le plaisir des riverains
Des arbres qui semblent être là depuis toujours...
Loggias, balcons et attiques : une architecture résolument contemporaine
Le bâti et les espaces publics, une savante harmonie
Au premier plan, le sous-sol d'un des bâtiments du Val de Loire en construction
Ici débutera prochainement la construction des logements intermédiaires d'Angers Habitat
De nouvelles formes urbaines innovantes...
Et soucieuse de l'environnement
Vue du projet ouvert sur l'extérieur
L'ancienne caserne refermée sur elle-même

Un parc habité ouvert sur le quartier

La caserne était un lieu refermé sur lui-même. Le nouvel habitat doit se fondre dans celui des rues voisines. En bordure des rues pavillonnaires actuelles, est alignée, toit à toit, une première rangée de maisons individuelles. « nous avons voulu la transition la plus douce possible avec l'environnement existant » précise Iga Dolowy. Au fur et à mesure que l’on pénètre à l’intérieur du parc, les petits immeubles prennent de la hauteur, sans dépasser cinq niveaux.

Pour s'ouvrir sur le quartier, trois nouvelles voies relient le nouvel îlot au quartier. Une grande prairie centrale rustique (1,6 hectare) constitue le cœur de l’îlot. Les enfants, petits et plus grands, peuvent y jouer et arpenter les allées d’un jardin pédagogique tandis que les parents flânent sur l’esplanade. Ouvert en juin 2007, le parc profite aux nouveaux comme aux anciens habitants du quartier. Il ne reste que le mail belvédère à verdir. Il le sera une fois les dernières constructions sorties de terre !

L’îlot Desjardins a des allures de jardin paisible. Les chemins piétonniers ont été soigneusement pensés pour relier tous les points du parc. Les déplacements doux, vélos et piétons, sont privilégiés. Les voitures le traverse à vitesse très réduite et bénéficient de huit cents places de stationnement. Le stationnement résidentiel situé en sous-sol complète le stationnement public.

Intégration du projet dans la forme urbaine environnante - Ouverture du site

Mixité sociale, architecture contemporaine…

Les premiers habitants sont arrivés au début de l’année 2008. Depuis, les programmes immobiliers avancent à bon rythme.

L’architecture de l’îlot est résolument contemporaine, respectueuse de l'identité locale. Les innovations formelles ont été encouragées. Chaque construction prend en compte le contexte urbain ; les règles d’implantation et d’ordonnancement urbain, la position dans le quartier, les constructions voisines, existantes ou projetées, les ambiances et le paysage. Les immeubles sont dotés d'étages en attiques qui permettent de dégager de larges terrasses accessibles, d’améliorer l’habitabilité du dernier niveau (étage droit), de réduire l'importance du volume de toiture (sombre) perçu par le piéton et d'enrichir l'architecture. La mixité sociale est assurée grâce à la diversité des constructions : logement social, accession sociale, accession libre (propriétaires-occupants et investisseurs).

Le programme de construction est basé sur la réalisation de 437 logements dont plus de 20 % de logements sociaux. Tous les logements en accession bénéficient d'un taux de TVA à 5 ,5 %. Chaque logement doit disposer d’au moins une place de stationnement couverte en sous-sol. Les places de stationnement souterraines ne sont pas cloisonnées afin d’optimiser leur usage pour le stationnement des véhicules. Les “grands logements” ont été favorisés afin d’accueillir des familles.

Et développement durable

La ZAC Desjardins s’inscrit pleinement dans la démarche du développement durable :

- Au niveau du bâti, pour maîtriser les impacts des bâtiments sur l'environnement extérieur et créer un environnement intérieur sain et confortable. Cette démarche, outre ses vertus écologiques et paysagères permettra d'améliorer le confort des logements (isolation, acoustique, éclairage…) et de diminuer les charges (économies d'énergie et d'eau, coût d’entretien…).

- pour la qualité d'usage des espaces extérieurs : économiser les ressources naturelles en optimisant leur usage et en réduisant les pollutions par des procédés techniques, le choix des matériaux et les caractéristiques pour économiser les ressources en eau et en énergie. Il s’agit aussi de promouvoir des énergies renouvelables et des matériaux éco-responsables.

Quelques exemples :

Qualité d’usage des logements

- l'éclairage naturel de toutes les pièces des logements (salles de bain, WC, couloirs) mais également des espaces communs (locaux vélos, circulations d’étages, cages d’escalier…).
- Chaque logement, dispose d’un balcon, d'une terrasse ou d’un jardins privatif. Dans les derniers niveaux, on privilégie des grandes terrasses.
- Un espace de rangement d’une surface de trois mètres environ, situé dans la plupart des cas sur le balcon (partie fermée toute hauteur).
- Adaptations aux personnes à mobilité réduite, aux handicaps…

Économies d’énergie

Trois objectifs majeurs ont été retenus pour le quartier :
- Amélioration de 15 % des performances fixées par la réglementation thermique en vigueur
- Promotion des énergies renouvelables. Exemple d’application : immeuble Icade-Capri - 70 logements collectifs (un tiers des besoins en eau chaude sanitaire sont assurés par des panneaux solaires thermiques).
- Éclairage artificiel économe d’énergie

Gestion des déchets

Intégration de conteneurs enterrés en pied d’immeubles pour les ordures ménagères et le tri sélectif

Économies d’eau

Des cuves enterrées de récupération d'eau de pluie sont obligatoires pour toutes les maisons individuelles. Concernant les bâtiments collectifs et intermédiaires, les promoteurs optent soit pour la récupération des eaux pluviales, soit ils végétalisent les toiture-terrasse. Les deux options pouvant être retenues.

Télécharger les lettres d'information aux riverains