Nuit des étudiants 2014

Jeudi 27 novembre, la dixième édition de la Nuit des étudiants, au musée des beaux-arts, a battu tous les records de fréquentation, avec près de 2400 visiteurs. Thème de cette édition: "petits meurtres au musée".

Le musée des beaux-arts accueillait les étudiants avec une mise en lumière signée Kreat-Box. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Le thème "petits meurtres au musée" a inspiré de nombreuses installations visibles au fil des salles. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Fil rouge de la soirée: l'enquête sur une série de meurtres commis au musée des beaux-arts, avec indices et pièces à conviction. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Vingt-cinq installations d'étudiants angevins étaient à découvrir. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Ici, "le mobile du crime" d'Axelle Jougla. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
La fanfare "A la gueule du ch'val" était sur place pour assurer l'ambiance. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Des saynètes théâtrales, sur le thème des péchés capitaux, étaient présentées par des élèves du conservatoire. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Tandis que les élèves du CNDC proposaient des chorégraphies réalisées spécialement pour l'événement. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Danse par les élèves du CNDC. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Des maquilleurs professionnels étaient présents pour exercer leur art sur les étudiants. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Pendant ce temps, l'enquête sur les meurtres commis au musée se poursuivait, dirigée par l'inspecteur Roger-Marc Hervé. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Interpellation et photographie des suspects... (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
... et interrogatoire au poste installé dans les locaux-mêmes du musée. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
Finalement, Roger-Marc Hervé et son équipe, de la compagnie Bande A'part, ont pu procéder à une interpellation musclée. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)
C'est donc dans la sérénité retrouvée que la soirée a pu se terminer, sur le dance floor installé dans le hall du musée. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)