Ça s'est passé à Angers

Partage Viadeo

Les Accroche-coeurs annoncent l'Apocalypse... ou pas

21.06.2016

Avec le thème de l'Apocalypse, la 18e édition des Accroche-coeurs met en avant le patrimoine angevin et sa célèbre tapisserie. Un axe fort voulu par la Ville, qui ouvre pour la première fois le festival à une programmation "off".

"L'Apocalypse... ou pas": c'est le thème de la 18e édition des Accroche-coeurs, qui aura lieu du 9 au 11 septembre. "Ce thème est emblématique de notre volonté de nouer un lien plus fort entre le festival et notre patrimoine local, souligne le maire d'Angers Christophe Béchu. L'Apocalypse renvoie bien sûr à la célèbre tapisserie visible au château, mais aussi au cinquantenaire de la mort de Jean Lurçat. Cet artiste était étroitement lié à Angers, et l'une de ses oeuvres majeures, Le Chant du monde, est une réponse contemporaine et optimiste à la tapisserie de l'Apocalypse."

Ainsi l'installation Vortex-X évoquera l'art du fil et du tissage, avec un entrelacs de bandelettes qui s'étirera sur toute la place du Ralliement. L'Apocalypse sera aussi annoncée par la déambulation des machines infernales de la compagnie Titanick, et mise en scène par le Groupe F, place La Rochefoucauld, lors d'un spectacle à très grande jauge illustrant la précarité de l'homme face à son environnement.

Adopte un(e) artiste

Au-delà du thème, c'est l'organisation même des Accroche-coeurs qui répond à la volonté de remettre le festival au coeur de la vie angevine. Ainsi la direction artistique sera assurée cette année directement par la Ville, avec l'appui de l'agence niortaise Le Loup Blanc pour la programmation. Un choix qui se traduit notamment par la décision d'impliquer les artistes locaux, avec l'appel "adopte un(e) artiste". "Il s'agit de favoriser le rapprochement entre les artistes émergents du territoire et les commerçants angevins, invités à accueillir des représentations devant leur façade voire dans leur boutique, explique Alain Fouquet, adjoint au maire délégué à la Culture. Cette initiative ouvre le festival à une programmation 'off' qui était demandée par beaucoup d'artistes angevins."

Projets participatifs

La participation des Angevins reste un axe fort du festival, avec à nouveau de nombreux projets ouverts à tous. Théâtre, musique, installations plastiques: il y en a pour tous les goûts et toutes les compétences.

Ceux qui le souhaitent pourront également défier le champion du monde de conversation, qui remet son titre en jeu pour une troisième édition. Cette compétition unique basée sur l'art de converser prendra cette année du galon, avec une scène installée place du Ralliement. Elle s'animera dès le mercredi précédant le festival, avec les épreuves qualificatives. Comme lors des deux premières éditions, Calixte de Nigremont sera à la baguette pour orchestrer ces joutes oratoires avec panache et érudition.

Toute l'info sur les projets participatifs et le championnat du monde de conversation