Ça s'est passé à Angers

Partage Viadeo

Un repas 100% local servi dans les restaurants scolaires

28.09.2015
A l'école maternelle Charles-Bénier, le repas a été précédé d'un échange avec une représentante de la Boulangerie Pâtisserie Angevine. (Photo: Ville d'Angers)

Pour la "mélodie des mets locaux", jeudi 24 septembre, les 12000 repas servis par l'Eparc dans les restaurants scolaires étaient constitués uniquement d'aliments issus de la production locale. Et c'est toute l'année que l'établissement favorise les "filières courtes".

"Comment est fabriqué le pain que vous mangez? avec quels ingrédients? d'où vient la farine?" Ces questions, Alexandra Delaunay, de la Boulangerie Pâtisserie Angevine (BPA) les a posées aux élèves de maternelle de l'école Charles-Bénier, pendant le repas. Une intervention programmée jeudi 24 octobre à l'occasion de l'initiative nationale de la "mélodie des mets locaux", reprise à Angers par l'Etablissement public angevin de restauration collective (Eparc).

"Pour cette journée, les 12000 repas que nous servons dans les écoles de l'agglomération sont entièrement composés d'aliments locaux", détaille Benoît Pilet, président de l'Eparc. Au menu: betteraves de Doué-la-Fontaine, pommes de terre de Saint-Sylvain-d'Anjou, dinde de Daumeray... Et, comme tous les jours, pain de BPA, "fabriqué avec de la farine issue à 80% de la production régionale et transformée dans une minoterie de Mayenne", détaille Alexandra Delaunay.

Et si le menu 100% local reste une initiative ponctuelle, c'est tout au long de l'année que l'Eparc favorise les circuits courts: "En 2014, nous avons servi 162 tonnes d'aliments achetés à des producteurs de Maine-et-Loire, précise Inès Tomé, directrice de l'Eparc. C'est dix de plus qu'en 2013, et vingt de plus qu'en 2012." Idem pour le bio, avec 122 tonnes servies en 2014 contre 89 tonnes en 2013 et 53 tonnes en 2012.

"C'est important que les enfants comprennent d'où vient ce qu'ils mangent au quotidien, souligne Benoît Pilet. Avec ces animations le but est de les amener à porter un autre regard sur la nourriture, ce qui contribue aussi à diminuer le gaspillage alimentaire."