La ville est plus belle quand elle est propre

De nombreuses actions sont menées au quotidien pour améliorer la propreté des rues. Une volonté qui passe par la sensibilisation des Angevins, acteurs incontournables de la qualité du cadre de vie.

Partage Viadeo
Publié le 15.03.2017

"La ville est belle...": c'est le message qui s'affiche à Angers depuis ce mercredi 15 mars, à l'appui de photos en noir et blanc mettant en scène des agents du service propreté. Un choix résolument graphique, visant à associer clairement la propreté à la beauté de la ville. Avec l'objectif d'interpeller chacun, en tant que citoyen, comme garant de la qualité de l'espace public.

Pour réaliser cette campagne, le photographe Didier Depoorter a réalisé pas moins de mille clichés, en accompagnant les équipes municipales dès leur prise de service à 5h30. Après une sélection drastique, seuls trois ont été retenus (visibles ci-contre, cliquer sur l'image pour l'agrandir). Ils ont pour cadre la place du Ralliement, la montée Saint-Maurice et la rue Lenepveu, et seront visibles jusqu'au 29 mars.

Messages de prévention... et de sanction

En matière de propreté, si la Ville met en avant la qualité du travail des 200 agents qui y sont affectés et l'intérêt, pour tous les Angevins, de préserver leur cadre de vie, elle prévoit également des sanctions pour les comportements peu civiques. Notamment les dépôts sauvages aux abords des conteneurs de tri, évidemment interdits et passibles d'une amende de 1500 euros, comme le rappelle une signalétique actuellement visible sur les conteneurs.

Le "plan propreté" voté par le conseil municipal en octobre 2015 prévoit également une série d'amendes pour différents comportements: non-ramassage des déjections canines, jet de mégot ou chewing-gum, sortie des ordures ménagères hors des jours de collecte...

 

"Angers n'est pas une ville sale. Mais il y a des comportements à améliorer, et il suffit parfois de pas grand-chose pour détériorer l'espace public et donner l'impression d'une ville mal entretenue."
Stéphane Pabritz, adjoint à la Propreté

En kilomètres, c'est le linéaire total de rues balayées en une année.

Pour réaliser la campagne "Ma ville est belle", Didier Depoorter a pris environ mille photos, qui témoignent du travail quotidien des agents municipaux.

- Avec ces affiches "la ville est belle", quel message voulez-vous faire passer aux Angevins?
- C'est une invitation au respect: au respect de la ville et au respect des 200 agents qui travaillent quotidiennement à assurer sa propreté. Or, jeter par terre un mégot ou un chewing-gum, ne pas ramasser une crotte de chien, c'est un manque de respect.

- Un message qui s'accompagne également d'actions concrètes...
- Oui, avec l'idée d'avertir des sanctions encourues à l'endroit même où les comportements incriminés sont constatés. C'est l'exemple des messages actuellement visibles sur les conteneurs enterrés, c'est-à-dire là où l'on trouve le plus de dépôts sauvages. Ces "messages ciblés" seront renouvelés sur d'autres thèmes liés à la propreté, notamment les déjections canines. Nous nous attaquerons également cette année au problème des chewing-gums collés sur les trottoirs du centre-ville...

- Quel est votre sentiment général sur l’état de propreté de la ville?
- Angers n'est pas une ville sale. Mais il y a des comportements à améliorer, et il suffit parfois de pas grand-chose pour détériorer l'espace public et donner l'impression d'une ville mal entretenue. C'est quelque chose qui ressort clairement des permanences que je tiens chaque mois pour rencontrer les Angevins. L'exigence de nos concitoyens est forte sur ce sujet, mais cela suppose que tout le monde s'y mette.

Sur une année à Angers:

  • 85000 km de voies balayées, dont 40000 manuellement et 45500 avec des engins mécaniques
  • 28100 tonnes de déchets et balayures ramassées, ainsi que 800 tonnes de feuilles
  • 15 tonnes de verre récupérées sur le domaine public
  • 700 graffitis nettoyés

Permanences propreté. Pour permettre aux Angevins d'exprimer leurs remarques et propositions en matière de propreté, des permanences sont régulièrement proposées par l'adjoint Stéphane Pabritz, au kiosque de la place du Ralliement. La prochaine aura lieu le 12 avril de 14h à 18h
Les permanences suivantes auront lieu le 17 mai de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h, et le 14 juin de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h.