L'école de l'Isoret teste la classe le mercredi matin

Depuis le 2 septembre, les 250 élèves de l'école de l'Isoret testent une nouvelle organisation du temps scolaire, avec neuf demi-journées "travaillées" dont le mercredi matin.

Partage Viadeo
Publié le 06.09.2010
Les après-midi sont allégées, avec des activités proposées gratuitement après la classe.
(Photo: Antonio Bozzardi, Ville d'Angers)

C'est une première quasi nationale, et cela se passe à l'école de l'Isoret, à l'Est d'Angers. Depuis la rentrée de septembre, et sur l'initiative de sa direction et des parents d'élèves, l'école teste une nouvelle organisation du temps scolaire avec neuf demi-journée "travaillées" par semaine. Dont le mercredi matin. Avec la volonté de concentrer les apprentissages fondamentaux sur les débuts de journée.

La journée des maternelles et des primaires de l'Isoret commence désormais à 8h30 (un quart d'heure plus tôt que les autres écoliers) pour se terminer à 15h30. Et après? Pas question de renvoyer les petits à leurs parents à cette heure précoce de l'après-midi. D'où une prise en charge gratuite et facultative par l'école, qui propose à ses élèves un panel d'activités de tous ordres: chant, musique, théâtre, robotique... Et ce jusqu'à la fin de la journée, à 16h45. Des partenaires locaux, comme les maisons de quartier et les associations, contribuent à l'organisation de ces activités.

Si les fins de journée des écoliers de l'Isoret ont pu être allégées, c'est bien grâce à l'intégration du mercredi matin dans le temps scolaire. Le mercredi midi, les élèves qui ont besoin d'être accueillis en centre de loisirs y sont emmenés par un transport en bus organisé par la Ville, et déjeunent sur place.

Une expérimentation qui doit durer trois ans

A l'origine de cette expérimentation, la réforme en place depuis la rentrée 2008 qui a eu pour effet, en supprimant la classe le samedi matin, d'alourdir les quatre jours d'école restants. Suite à ce changement et à une grande enquête conduite par la Ville sur le temps scolaire, la direction l'Isoret et les parents d'élèves s'étaient portés volontaires pour tester cette organisation de la semaine sur cinq jours. Cette expérimentation, qui doit durer trois ans, donnera lieu à un bilan tous les deux mois pendant la première année.