Le Premier ministre en première ligne à Angers de la "bataille de la compétitivité"

"Les politiques décrétées par le gouvernement ne seraient rien si les territoires ne les mettaient pas en oeuvre, c'est le cas des emplois d'avenir comme du reste. Il faut mener la bataille de la compétitivité." Le Premier ministre avait choisi Angers aujourd'hui pour tenir le moral des troupes.

Partage Viadeo
Publié le 22.03.2013
Jean-Marc Ayrault à son arrivée à Beaucouzé où il était reçu par Emmanuel Picot, le PDG de l'entreprie Evolis Card Printer en début d'après midi. Photo: Ville d'Angers.

Le Premier ministre avait choisi le thème du commerce extérieur pour construire son déplacement officiel à Angers, vendredi 22 mars. A ses côtés d’ailleurs, Nicole Bricq, venue réexpliquer au besoin et au gré des rencontres les trente-cinq mesures du Pacte de compétitivité du gouvernement et qui porte cette ambition "de sortir la France de la spirale de l’affaiblissement". Si la journée s’est clôturée dans le salon d’honneur de l’hôtel de ville, de façon fort conviviale autour du maire, Frédéric Béatse et des élus de l’équipe municipale, tout avait commencé quelques heures plus tôt à Beaucouzé, chez Evolis Card Printer, spécialisée dans la fabrication d’imprimantes de cartes plastiques, et qui mise 80% de son développement sur l’export. Une étape que le Premier ministre et Nicole Bricq n’avaient pas retenue par hasard.

Les territoires détecteurs de talents

Evolis Card Printer, que dirige Emmanuel Picot, affiche un développement spectaculaire et constant depuis sa création il y a un peu plus de dix ans. Le type même d’entreprise innovante que "les territoires peuvent détecter et que l’Etat peut soutenir, via notamment la Banque publique internationale qui a cette mission de préfinancer des projets de développement pour redonner confiance aux chefs d’entreprise. 150 millions d’euros sont dédiés à cet accompagnement, il faut le faire savoir", a rappelé Jean-Marc Ayrault. Autre mesure sur laquelle le Premier ministre a voulu revenir: celle du" crédit d’impôt compétitivité emplois" qui permettra de "faire baisser le coût du travail de 4 points dès 2013 et de 6 points l’année suivante, une mesure sans précédent".

"Nous avons des outils, il faut s'en servir"

Dans l’après-midi, Jean-Marc Ayrault était également reçu en préfecture pour échanger notamment avec des chefs d’entreprise de la région et des jeunes, tous candidats à ce que l’on appelle le Volontariat international d’entreprise. Le principe en est simple, "bientôt, il le sera encore davantage", a assuré le Premier ministre. Il s’agit pour l’entreprise de confier une mission à l’un de ces jeunes à l’étranger (28 ans maximum), pour une durée de six à vingt-quatre mois, dans un objectif de développement vers les "47 pays cibles" listés par la ministre du commerce extérieur Nicole Bricq.

"Notre commerce extérieur sera le juge de paix de notre compétitivité, il est donc essentiel d’en mener la bataille. Nous avons mis en place des outils, ils sont multiples, il faut s’en servir, et bien entendu tout ceci ne se fera pas d’un coup de baguette magique", a conclu Jean-Marc Ayrault avant de souligner "les qualités du territoire angevin et de son jeune maire". A ce titre, Frédéric Béatse s’est vu remettre la médaille de Matignon.