Rives Nouvelles: le projet de réaménagement des berges de la Maine est voté

Lundi 27 mai, le conseil municipal a donné son feu vert au projet Rives Nouvelles et à sa première tranche opérationnelle. D'ici à 2020, les opérations toucheront le coeur de ville, des deux côtés de la Maine.

Partage Viadeo
Publié le 29.05.2013
En s'appuyant sur le réaménagement des berges de la Maine, Rives Nouvelles permettra d'impulser une dynamique favorable à l'attractivité du territoire. (Photo: Patrice Campion/Ville d'Angers)

Après la réflexion, le temps est venu de passer à l’action. Lundi soir 27 mai, le conseil municipal de la Ville s’est en effet prononcé en faveur du projet urbain Rives Nouvelles, l'un des plus vastes projets de ce type en cours actuellement en France.

Quelques jours après une nouvelle réunion publique qui a rassemblé près de cinq cents Angevins à la fac de médecine, cette étape était fondamentale et attendue. Elle valide en effet les grandes orientations définies par le projet, et qui ont toutes pour objectif de s'appuyer sur le réaménagement des berges de la Maine pour impulser une nouvelle dynamique au territoire. "Il s'agit d'affirmer un nouveau modèle de développement à l'angevine, c'est-à-dire équilibré entre environnement, qualité de vie et innovation", a souligné le maire, Frédéric Béatse.

Prochaine étape pour Rives Nouvelles: le lancement de la concertation autour de la première tranche opérationnelle du projet définie par le plan-guide. D'ici à 2020, les premières réalisations toucheront le coeur du centre-ville, des deux côtés de la Maine. "Des modifications significatives, qui vont donner le ton du projet et de notre ambition", ainsi que l'expliquait le maire au moment du vote.

D'ici à 2020

D'ici à 2020, Rives Nouvelles visera notamment à entamer la reconversion du quartier Saint-Serge, destiné à devenir un pôle majeur d’innovation et de créativité économique; à réorganiser de façon progressive les flux de circulation, pour aboutir au remplacement de la voie des berges par un boulevard urbain; et à aménager des cheminements continus sur la rive droite, du pont Jean-Moulin au lac de Maine.

"Nous sommes bien sûr dans un projet à très longue vue, mais dès les prochaines années, des réalisations emblématiques sont attendues, précise Frédéric Béatse. Je pense par exemple à la création d’une passerelle pour piétons et vélos entre les deux rives, ou encore à l'installation d'un ascenseur sur la paroi du château pour relier les berges à la promenade du Bout du monde".