Plan urgence voirie: les premiers effets déjà visibles

Le "plan urgence voirie" a tenu ses premières promesses. Les réalisations de l’été ont été présentées aux élus lors d’une visite de chantier mardi 26 août.

Partage Viadeo
Publié le 26.08.2014
L’adjoint à la voirie Jean-Marc Verchère a conduit la visite en présence du maire et de plusieurs élus. (Photo: Patrice Campion/Ville d’Angers)

Conformément à ce qu’elle avait annoncé, la municipalité a profité des mois d’été pour lancer son "plan d’urgence voirie". Si celui-ci se prolongera à de nombreux endroits de la ville, différents secteurs ont déjà fait l’objet de travaux pour un montant proche d’1,3 millions d’euros.

"Tous ces travaux ne sont pas de même nature, précise Jean-Marc Verchère, adjoint à la politique de proximité, à la voirie, à la propreté et aux bâtiments. Certains visent à préserver le patrimoine pour éviter que les chaussées ne se fissurent davantage. Pour cela, des enrobages légers, mais suffisants pour éviter les infiltrations d’eau, ont été réalisés." C’est le cas rues des Glycines, du Chèvrefeuille et Luther-King à la Roseraie, rue Jacques-Brel et rue de l’Abbé-Frémont dans les quartiers Saint-Lazare et Hauts-de-Saint-Aubin, ou encore boulevard Copernic, rue Tremolière, rue Châtelain dans les secteurs Monplaisir et Banchais.

Plus coûteux cette fois, les travaux qui ont conduit les équipes de la Ville à revoir la structure même de certaines chaussées rue Jean-Mermoz, rue des Prévoyants de l’Avenir, rue Chatelus, rue Jean-Perrin, rue Eugène-Roisnet... "Il s’agit là plutôt de revoir la chaussée et le cas échéant, les revêtements, les bordures, les trottoirs. Nous en avons profité pour enfouir les réseaux aériens lorsque cela était possible, pas seulement pour des raisons esthétiques mais aussi pour permettre aux riverains de bénéficier des évolutions technologiques futures", poursuit l’élu.

Troisième type d’intervention enfin: la transformation complète de certaines rues du centre-ville dans le but de répondre à de nouveaux usages (mise à niveau de la chaussée et des trottoirs, largeur suffisante des trottoirs pour la circulation des fauteuils roulants notamment...). La rue Chateaugontier est à ce jour terminée. A suivre mi-septembre, la reprise de la rue Corneille.

Premier bilan fin 2014

"D’autres rues et artères de la ville nécessiteront ce même type de travaux, beaucoup plus lourds. L’avenue René-Gasnier, longue de près d’1,4 km, fera l’objet de travaux en deux ou trois tranches", précise encore Jean-Marc Verchère.

D’autres rues présentent le même type d’urgence comme les rues du Quinconce et Desjardins, très passagères, l’avenue Saint-Lazare et la rue Saint-Jacques côté Doutre, la rue de la Madeleine...

"Nous agissons pour l’instant par urgence sachant que les priorités sont aussi fonction des usages que l’on a des rues concernées", a conclu l’élu avant de préciser "qu’un premier bilan chiffré relatif au plan urgence voirie serait établi fin 2014".