La tournée des chantiers de l'été siffle la fin des vacances

Du secteur de la gare au pont de la Haute-Chaîne en passant par le lac de Maine, le maire Christophe Béchu a effectué hier, mardi 25 août, la traditionnelle tournée des chantiers qui siffle généralement la fin des vacances. En 2015, 5 millions d’euros seront affectés au plan urgence voirie.

Partage Viadeo
Publié le 26.08.2015
Le maire, Christophe Béchu, ici entouré de son adjoint à la voirie, Jean-Marc Verchère, d'élus et techniciens, lors de sa tournée des chantiers, mardi 25 août. (Photo: Jean-Patrice Campion)
Echanges avec une riveraine rue Maurice-Blanchard, secteur gare. (Photo: Jean-Patrice Campion)
Halte improvisée à l'invitation d'une habitante. (Photo: Jean-Patrice Campion)
Etape au Village Anjou, à la Roseraie, où le réseau de chauffage urbain est remis à neuf. (Photo: Jean-Patrice Campion)
Rencontre avec Brigitte Brosssard, présidente de l'association syndicale du Village Anjou. (Photo: Jean-Patrice Campion)
Pause technique sur les toits de l'école de la Perussaie au lac de Maine. (Photo: Jean-Patrice Campion)
La nouvelle couverture, isolante, du groupe scolaire de la Pérussaie est en place pour la rentrée. (Photo: Jean-Patrice Campion)

Pour cette traditionnelle tournée des chantiers de l'été, le maire était accompagné de son adjoint à la politique de proximité, à la voirie et à la propreté, Jean-Marc Verchère. Pointu sur son sujet, celui-ci avait choisi quelques chantiers emblématiques, menés cet été et d'autres, en cours, qui illustrent le souhait de la municipalité, depuis dix-huit mois, de sécuriser et moderniser ses infrastructures: voiries et bâtiments scolaires notamment, pour lesquels sept millions d’euros seront engagés cette année (listes détaillées des chantiers engagés dans ce cadre à télécharger ci-dessous).

Des rues rénovées dans le secteur de la gare

Entre autres réfections de voiries dans le secteur de la gare, 330000 euros ont été attribués à la rue Maurice-Blanchard où les réseaux ont été enfouis et la rue embellie. "Nous profitons de ces interventions parfois pour passer les rues en zone 30", a précisé l’adjoint. Non loin, les riverains de la Cité Vauban –construite dans les années cinquante- bénéficient aujourd’hui d’une voirie impeccable, pour un coût de 510000 euros. Jamais celle-ci n’avait été reprise. Même scénario rue René-Brémont pour 70000 euros,  rue de la Blancheraie...

Pour Christophe Béchu, cette tournée est aussi l’occasion de recueillir l’avis des habitants rencontrés en chemin, comme cet homme l’interpellant depuis sa fenêtre: "La rue a été refaite, cela est parfait, mais il va falloir trouver une solution pour lutter contre les stationnements de longue durée dû à la proximité de la gare Saint-Laud!" Ce à quoi le maire a immédiatement répondu qu’ "un questionnaire allait être distribué aux habitants du secteur, sur ce sujet des voitures ventouses, afin de trouver une solution au plus vite".

L'école de la Perussaie va respirer

L’été, c’est aussi l’occasion de mener des travaux dans les écoles. Cela a été notamment le cas dans celle de la Perussaie au lac de Maine où la verrière qui recouvrait le vaste patio central a été retirée au profit d’une couverture isolante pour un montant de 213000 euros. "Cela fait des années que les enseignants et les enfants souffraient de la chaleur, ou a contrario du froid, et d’une très mauvaise acoustique: tout a été refait ainsi que je m’y étais engagé!", a poursuivi Christophe Béchu.

En juillet et août, un million d’euros a été investi dans différents groupes scolaires comme Claude-Monet, Roger-Mercier, Victor-Hugo, Raspail, Molière ou encore dans le gymnase Brossard et à la crèche Saint-Lazare.

Réfection du chauffage urbain au Village Anjou

L'autre chantier atypique que l'été a permis de faire avancer à grands pas est celui qui consiste à rénover le réseau de chaleur du Village Anjou à la Roseraie. Cet ensemble de 169 pavillons, construit à la fin des années soixante, présente en effet la particularité, depuis ses origines, d’être raccordé au chauffage urbain via la chaleur générée auparavant par l’usine d’incinération des déchets et désormais par Biowatts. Les techniciens sont intervenus dans l’impressionnante galerie technique qui parcourt le sous-sol de ce lotissement sur 1,7 km, pour y remplacer intégralement le réseau de chaleur, mais aussi les appareils de production d’eau chaude, dans chacune des maisons. Ce chantier sans précédent d'un coût d'1,5 millions d’euros, va se poursuivre jusqu’en novembre.

Avant le tramway

Parmi les autres voiries traitées cet été, le maire a tenu à faire le détour par la rue Saint-Jacques où le chantier d’envergure -pour 700000 euros- vise à renouveler les réseaux d’eaux pluviales et usées et à rénover et restructurer intégralement cette rue étroite, afin d’y créer notamment une zone apaisée autour de l’église Saint Jacques. "Sans prédire de la décision qui sera prise par les élus de l’Agglomération à la fin du premier trimestre 2016, les travaux de la rue Saint-Jacques sont menés maintenant pour anticiper les travaux de la deuxième ligne de tramway pendant lesquels on ne pourra pas bloquer certaines artères", a souligné la maire et président d’Angers Loire Métropole.

Avenue René-Gasnier aussi, les grandes manoeuvres ont permis de boucler ce mois-ci la première tranche, de la place Bichon à la rue des Gouronnières, où de véritables pistes cyclables ont notamment été aménagées (pour un coût de 790000 euros). " Il restera à planter les arbres cet automne", a précisé Jean Marc Verchère, avant de souligner que "les deux autres tranches seraient probablement réalisées en même temps". A noter que la rue voisine, rue Saint-Lazare, bénéficie aussi d’un nouveau revêtement. 

Réouverture du pont de la Haute-Chaîne

Fin de la tournée au pont de la Haute-Chaîne, où les véhicules continuent de rouler dans des conditions difficiles sur une voie unique interdites aux poids lourds, bus, camping-cars... Le pont va rouvrir début septembre, mais quelques travaux continueront d’être menés aux têtes de pont. Le chantier, d’un montant de 800000 euros, a permis de réhabiliter le tablier de l’ouvrage et notamment son étanchéité.