Le projet Cœur de Maine entre dans le concret

Devant 300 Angevins réunis au centre de congrès, Christophe Béchu et l’urbaniste François Grether ont présenté les grandes lignes du projet Cœur de Maine.

Partage Viadeo
Publié le 27.06.2016
Vue générale du secteur Centre-ville/Maine. (Crédit visuels: Grether-Phytolab)
Esplanade couvrant la voie des berges.
Projet Quai Saint-Serge.
La nouvelle patinoire.
Croquis du parvis de la patinoire.
Croquis des berges à Saint-Serge.
Croquis des berges à Saint-Serge.
Croquis des berges à Gambetta.
Croquis des berges à Ligny.
Croquis des berges à Jean-Turc.
Croquis de l'accès au centre-ville par Ligny/Jean-Turc.
Croquis de la place de la Poissonnerie.

Quatre secteurs, quatre projets à réaliser dont trois à finaliser d’ici la fin du mandat. L’ambition est portée par le maire, Christophe Béchu, et François Grether, l’urbaniste en charge du réaménagement des rives de la Maine. Tous les deux ont présenté en réunion publique l’avancée des études et donné une vision affinée de ce que seront les berges demain. Et demain, c’est fin 2019, date à laquelle sera achevée la plus grande partie des travaux.

Loisirs, enseignement, économie et végétal à Saint-Serge
Pour la partie Saint-Serge, trois secteurs opérationnels sont à réaménager. Le premier appelé "Quai Saint-Serge" s’étend sur 15 hectares, au sud à la zone d’aménagement concerté (ZAC), à deux pas du centre-ville. Il sera réalisé d’ici l’été 2019 avec notamment la livraison de la nouvelle patinoire construite derrière le multiplexe, au niveau de la station de tramway Berges de Maine, à la place d’anciens hangars SNCF. Celle-ci arrivera en amorce d’un vaste parc paysagé, inondable en cas de crue, dont les usages seront destinés à la promenade et aux loisirs. Y sont envisagés: un jardin humide, des terrasses alluviales, un cirque végétal, des jeux pour enfants, des prairies, une grande allée plantée dans le prolongement du mail François-Mitterrand. "La zone est inondable, rappelle François Grether. Nous avons souhaité transformé en atout cette contrainte de ne pas pouvoir construire sur plus de 33% de la superficie. D’où l’idée de ce grand parc." Le tout entouré d’ilots urbains destinés à renforcer le pôle universitaire avec l’installation, par exemple, du siège social de la chambre des métiers et du centre de formation des apprentis.
Le calendrier: démolition des halles de la SNCF au 1er trimestre 2017. Démarrage des travaux d’aménagement au 3e trimestre de la même année. Livraison des aménagements et de la patinoire à l’été 2019.

Les deux autres secteurs concernés par l’opération à Saint-Serge seront aménagés dans un second temps. "Saint-Serge actif", au Nord jusqu’au centre-commercial, permettra de construire sur 30 hectares un pôle économique en impliquant les propriétaires et entreprises déjà implantés sur le secteur tout en attirant de nouvelles activités. "La zone occupée par le marché d’intérêt national (MIN), à l’Est, sera traitée ultérieurement, précise le maire. La concession vis-à-vis du MIN court au-delà de 2026. Dans la réflexion que nous avons aujourd'hui, il peut y avoir un intérêt à disposer d'une zone logistique et limiter ainsi l'entrée des poids-lourds dans le centre-ville."

Voies des berges apaisées
La question de la circulation sur la voie des berges va faire l’objet d’une étude confiée à la société publique locale de l’Anjou. Objectifs: abaisser la vitesse de 70 à 50 km/h à partir de l’hôtel du roi de Pologne en resserrant la chaussée tout en maintenant les deux fois deux files, renforcer la sécurité, réduire le bruit et la pollution, maintenir les échanges et les conditions d’accès au centre-ville et notamment aux parkings. L’idée est de décourager le trafic de transit et de transformer la voie autoroutière en voie urbaine.
Cela va commencer par la suppression de l’écriture autoroutière en déposant les portiques, panneaux et autres glissières pour aller vers une signalisation urbaine plus adaptée avec des terre-pleins centraux paysagés et des trottoirs élargis afin de favoriser les promenades en bords de rivière, notamment au niveau de Saint-Serge, Haute-Chaîne et Gambetta. L’apaisement de la voie des berges va aussi permettre de transformer la promenade Jean-Turc et le quai Ligny. L’accès au centre-ville va être modifié grâce à une voie collectrice. L’intérêt: réduire ici aussi la chaussée et permettre de végétaliser davantage les pieds du château et de rendre aux Angevins les berges au niveau du Roi de Pologne et du quai Ligny.
Le calendrier: démarrage des travaux de la voie collectrice Ligny/Jean-Turc en avril 2017, livraison du nouvel accès au centre-ville à l’été 2017, et travaux d’apaisement de la voie des berges du 4e trimestre 2017 au 4e trimestre 2018.

Le bas du centre-ville entièrement repensé
L’aménagement "Centre-ville/Maine" s’étend sur un périmètre de 4,5 hectares, des pieds du château à la place Molière. La réalisation emblématique de cette réappropriation de la Maine par les Angevins sera la couverture de la voie des berges par une esplanade sur laquelle sera aménagée en balcon une prairie de 100 mètres par 35 mètres -un demi-terrain de football- entre la rivière et la place de la Poissonnerie libérée du stationnement et repensée comme un mail arboré. Ce grand espace de verdure pourra accueillir toute sorte d’activités quotidiennes voire événementielles: balade, pique-nique, jeux, tournois sportifs, concerts, festivals... Le bas de la montée Saint-Maurice sera aussi revu afin de la relier aux rives. Un square avec des jeux pour enfants est envisagé.
La place Molière, elle aussi refaite, sera le point de passage des différentes lignes de tramway dont celle qui empruntera le nouveau pont en direction de Belle-Beille. Enfin, un équipement commercial d’un nouveau genre pourrait voir le jour sur ce secteur. Consacré aux commerces de bouche, il permettrait l’achat mais aussi la consommation sur place de produits locaux, avec à l’étage une vaste terrasse pouvant accueillir un café et de l’événementiel, avec une vue imprenable sur la rivière. En attendant qu’un promoteur puisse faire vivre et fonctionner le site une fois les aménagements réalisés, l’emprise au sol pourrait être occupée par une maison des projets. Objectif: permettre aux Angevins de découvrir en détails les opérations urbaines en cours.
Le calendrier: diagnostic archéologique cet été. Fin des travaux de la couverture, du bas Saint-Maurice et de la rue Boisnet à l’été 2018. Livraison de la place de la Poissonnerie à la fin 2018. Livraison des nouveaux espaces en 2019 pour les Accroche-cœurs.