La promenade du Bout-du-Monde piétonne et végétale

Lâcher de pigeons, échassiers, visite des douves du château, fanfare et discours sous un soleil radieux: l’inauguration de la promenade du Bout-du-Monde valait bien une fête, ce vendredi 24 juin.

Partage Viadeo
Publié le 27.06.2016
Un lâcher de pigeons a marqué symboliquement l'inauguration de la nouvelle promenade du Bout-du-Monde (Photos Thierry Bonnet/ville d'Angers).

"La dernière inauguration à cet endroit datait de juin 1985, à l’occasion de l’installation de la table d’orientation", notait le maire, Christophe Béchu. Ce vendredi 24 juin, c’est le réaménagement complet de la promenade du Bout-du-Monde qui était inauguré et fêté avec lâcher de pigeons, échassiers, visite gratuite des douves du château, fanfare et... soleil radieux.

Une fête à laquelle les Angevins ont répondu nombreux et en particulier les riverains associés au projet, venus assister en voisins à la coupure du ruban par le maire et son adjoint à la Politique de proximité, voirie, stationnement et bâtiments, Jean-Marc Verchère.

Menée en un temps record -ce n’est en effet qu'en septembre qu’ont débuté les travaux- cette opération a permis de rendre l’esplanade totalement piétonne tout en offrant une place de choix au végétal.

Coulée verte depuis l’avenue Jeanne-d’Arc

Des interstices des pavés aux massifs d’arbustes, plus de 7.000 végétaux dont 6.000 vivaces et 128 espèces différentes ont en effet été plantés, tous de production locale.

Un pas de plus vers la concrétisation de la "coulée verte" qui reliera, à terme, l’avenue Jeanne-d’Arc à la promenade du Bout-du-Monde. "Une première esquisse également dans le cadre du projet Coeur de Maine", a rappelé Christophe Béchu.

En attendant c’est bel et bien un nouvel espace piétonnier de qualité, digne du château fréquenté chaque année par des milliers de touristes, qui est aujourd’hui ouvert à tous les Angevins. Des Angevins invités par le maire "à faire vivre et à s’approprier cette place" et à découvrir la nouvelle table d’orientation traduite en anglais et en braille, installée sur le muret dominant la Maine.

Avant de pouvoir, dans quelques semaines, profiter de la brasserie installée à l’angle de la rue du Vollier, dans un immeuble vendu par la ville. Une vente qui contribue au financement du projet dont le coût global s’élève à 2,2 millions d’euros.