L'abattage des arbres a commencé allée et avenue Jeanne-d'Arc

Pour une durée de trois mois, l’allée et le square Jeanne-d’Arc seront interdits aux piétons et cyclistes pour laisser place à l’abattage des arbres séculaires. Malades et dangereux, ceux-ci seront remplacés dans le cadre du réaménagement complet de ce site parmi les plus prestigieux de la ville.

Partage Viadeo
Publié le 21.09.2016
malades et dangereux, n'auraient pu être sauvés car en proie à un champignon qui accélère leur vieillissement. (Photo: Thierry Bonnet/Ville d'Angers)

Bien que difficile, cet épilogue pour les arbres séculaires de l'allée et du square Jeanne-d'Arc était devenu incontournable, tant les 169 sujets restants de la plantation de 1891 présentaient un réel risque sanitaire et sécuritaire. En cause? Le Phellin tacheté (phellinus punctus), un champignon qui a la particularité d’accélérer leur vieillissement.

L’abattage des arbres marque le lancement du chantier qui, à terme, permettra à la prestigieuse avenue d’être reconfigurée dans "l'esprit d’un nouvel espace urbain où le végétal aura toute sa place et où les piétons, les promeneurs, les cyclistes, les sportifs auront plaisir à passer".

Ce réaménagement de l’avenue est aussi la première grande phase du projet de "coulée verte". Un cheminement végétalisé qui permettra de traverser la ville, depuis l'allée Jeanne-d'Arc jusqu'à la promenade du Bout du Monde, d'ores et déjà réaménagé et ouvert depuis le printemps.

Des tilleuls, des fruitiers et des séquoias

Ce projet de reconfigurer l'allée Jeanne-d'Arc, qui a fait l’objet d’une concertation et de réunions publiques entre le 6 novembre 2015 et le 21 avril 2016 entre la Ville et les riverains, prévoit notamment l’aménagement de prairies fleuries, et la plantation de près de 190 arbres, dont 150 tilleuls, mais aussi de fruitiers à fleurs ou à fruits et de séquoias, dans le square, où seront toutefois préservés quelques platanes. Les premières plantations interviendront au printemps prochain.

En lien avec la LPO

Quant au choix d’abattre les arbres ce mois-ci, il a été arrêté en collaboration avec la Ligue de protection des oiseaux, qui s’est assurée de l’absence d’avifaune. A cette époque de l’année en effet, les nidifications d’oiseau ont disparu et l’hibernation des chauves-souris n’a pas encore commencé.

Durant le chantier, la circulation piétonne et cycliste est interdite, sachant que les riverains ont fait l’objet d’une information précise. Le chantier est mobile de 8h à 12h et de 13h à 17h et concerne l’ensemble de l’avenue ainsi que les deux rues de connexion entre la rue du Quinconce et la rue Louis-Gain (dans le prolongement des rues Tarin et Gardot).