Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

25 novembre: Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes

Menu
  • Partagez sur

La mairie

La Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes a lieu le 25 novembre. À cette occasion, un contrat local de mobilisation et de coordination locale sur les violences sexistes et sexuelles est lancé.

Vingt-cinq ans après la Déclaration et le Programme d’action de Beijing, programme pour l'autonomisation des femmes considéré comme le principal document de politique mondiale en matière d'égalité des sexes, la violence à l'égard des femmes et des filles reste un problème omniprésent dans le monde.

La Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes et la campagne du Secrétaire général de l’ONU "Tous UNiS, d’ici à 2030, pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes" se concentrent sur l’élimination de la violence à l'égard des femmes/filles.

Parue le 12 octobre 2020, l’enquête de l'Observatoire étudiant des violences sexistes et sexuelles dans l'enseignement supérieur révèle des chiffres alarmants sur les violences subies par les étudiantes. Une étudiante sur 20 dit avoir été victime de viol. Une étudiante sur 10 a été victime d’agression sexuelle. Au total, 34 % des étudiants déclarent avoir été victimes ou témoins de violences sexuelles.

La Ville d’Angers soutient les initiatives locales et l’action des associations qui font collectivement avancer la cause de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans le but de changer les comportements.

Des dispositifs locaux pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles

  • Lancement du contrat de mobilisation et de coordination locale sur les violences sexistes et sexuelles 2020-2023

À l’échelle d’Angers Loire métropole, ce contrat local a pour objectif de:

  1. Favoriser une meilleure coordination des acteurs locaux afin d’améliorer le repérage, l’accueil et le parcours des victimes de violences sexistes et sexuelles.
  2. Garantir une plus grande efficacité dans les réponses apportées afin de lutter contre les violences sexistes et sexuelles, dans les domaines de la prévention, de la prise en charge, de la répression et de la réparation.
  3. Mettre en place des actions spécifiques visant à une plus grande fluidité dans le parcours de sortie de ces violences.
  • Une sensibilisation pour prévenir, détecter et agir auprès des victimes de violences sexistes et sexuelles

Suite à la crise sanitaire et dans le contexte de déconfinement, la Ville d’Angers a mis en place dès le mois de juillet une sensibilisation sur les fondamentaux en matière d’accueil, d’information et d’orientation des victimes de violences sexistes et sexuelles à destination des agents et des partenaires de la Ville, en contact avec le public.

Animée par le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) et SOS Femmes, ces sessions en ligne répondent à deux objectifs principaux:

  1. Permettre l’acquisition d’un premier niveau de connaissances sur le sujet des violences sexistes et sexuelles.
  2. Identifier les partenaires et les dispositifs existants localement.

Retrouvez la liste des associations locales

Quelques chiffres-clés

En France, chaque année:

  • 225 000 femmes sont victimes de violences
  • 1 femme décède tous les 3 jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon
  • 1,2 million de femmes sont victimes d’injures sexistes
  • 94 000 femmes sont victimes de viol ou tentatives de viol, seulement 1 sur 10 porte plainte
  • 1 femme sur 3 est victime de harcèlement sexuel au cours de sa vie.

Le cybersexisme désigne des propos, des actes, des commentaires sexistes via les outils numériques. Il est un prolongement des violences sexistes et sexuelles qui touchent déjà davantage les filles dans la vie réelle. Ces violences se propagent en ligne avec des effets dévastateurs, sans interruption, 24h/24:

  • Plus d’1 fille sur 5 rapporte des insultes en ligne sur son apparence physique (pour 1 garçon sur 8).
  • Près d’1 fille sur 6 a été confrontée au cours de l’année à l’envoi ou la réception de photos ou de messages à caractère sexuel sans en avoir envie (contre 1 garçon sur 10).

Sources :  Ministère de l’Intérieur, Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Enquête cadre de vie et sécurité ONSEE-ONDRP 2018, Centre Hubertine Auclert – Étude sur le cybersexisme chez les 12-15 ans (2016).

Témoins ou victimes : agir peut tout changer

Que vous soyez témoin ou victime de violences, des services d'urgence et de prévention sont à votre écoute:

  • En situation de danger immédiat, appelez le 17 (police secours).
  • Envoyez un SMS au 114 si vous ne pouvez pas parler (plus d’infos).
  • Rendez-vous dans le commissariat ou la gendarmerie les plus proches de chez vous.
  • Femmes victimes de violences, appelez Violences femmes info au 39 19 (écoute, information, orientation). Gratuit et anonyme, ce numéro est accessible du lundi au samedi de 9h à 19h (ce numéro n’est pas repérable sur les factures et les téléphones).
  • Le service arretonslesviolences.gouv.fr permet de signaler les violences en ligne.
  • Le tchat service-public.fr/cmi permet d'échanger avec un policier ou un gendarme (femme ou homme), spécifiquement formé à la prise en charge des victimes de violences sexuelles et sexistes. Ce tchat est accessible 24h/24 et 7j/7, de manière anonyme et gratuite.

Victime ou témoin de cybersexisme, vous pouvez aussi agir:

  • En signalant via la plateforme publique: internet-signalement.gouv.fr
  • En appelant le 0800 200 000 (numéro d’écoute pour les moins de 18 ans)
  • En appelant le 3020 (numéro d’aide pour les victimes de cyberharcèlement scolaire)

Toutes les informations sont à retrouver sur stop-cybersexisme.com

La newsletter
63365