Découvrez le territoire avec

Angers Connectez-vous
  • #Angers sur les réseaux sociaux :

Les Accroche-coeurs ouvrent une parenthèse en chantier

Menu
  • Partagez sur

Culture

Faire la fête au milieu des travaux: l'occasion rêvée pour une "parenthèse en chantier" ! C'est en tout cas la proposition des Accroche-coeurs, qui reviennent du 7 au 9 septembre pour leur 20e édition.

Le spectacle à grande jauge Latalaya sera présenté le vendredi et le samedi soir, place Leclerc. (Photo: Mr Oz)

Une "pause joyeuse au milieu des contraintes". Résumé par le maire Christophe Béchu, c'est l'objectif de la "parenthèse en chantier" proposée cette année par les Accroche-coeurs. Du 7 au 9 septembre, le centre-ville et les travaux qui y sont menés depuis quelques mois deviendront le décor du festival, qui fête cette année sa vingtième édition.

"Aujourd'hui, l'urbanisme veut faciliter au maximum les interactions sociales", évoque pour sa part le programmateur Jacques Humbert. Pour mettre en scène cette idée, il a recherché l'équilibre entre, d'une part, le bruit, le béton et l'acier, et de l'autre, les représentations poétiques des rapports humains.

La poésie sera ainsi au rendez-vous de "Latalaya", spectacle à grande jauge présenté place Leclerc, et dont le mât d'acrobatie géant n'est pas sans rappeler une grue de chantier... Les travaux publics sont même la source d'inspiration directe d'autres propositions, comme "Tête de pioche" ou "L'Irrésistible charme du BTP"...

Au-delà de la thématique, soulignée par le dress code de l'événement, les Accroche-coeurs restent bien sûr l'occasion pour les Angevins de se réunir autour d'un temps résolument festif. Par exemple en participant aux bals orchestrés place Chappoulie après être passé par la costumerie "Des habits et vous". Ou encore en rejoignant la place Saint-Eloi pour le florilège de Calixte de Nigremont. Artiste associé au festival depuis 2010, il y présentera un condensé de ses propositions, où l'absurde côtoie la grandiloquence. Ceux qui le souhaitent pourront ainsi participer à une bataille d'eau avec des Atlantes, revendiquer les joyaux de la couronne d'Angleterre ou encore faire acte d'éloquence avec le championnat du monde de conversation. Enfin les plus téméraires oseront peut-être rejoindre l'ordre de l'Apocalyse, qui pourrait (dit-on) se reformer pour l'occasion...

Voir le programme complet

"Je ne quitterai pas ma tenue de chantier du week-end"

Alain Fouquet, adjoint au maire délégué à la Culture.

Serez-vous en tenue de chantier pendant les Accroche-coeurs?
Bien évidemment. Je ne quitterai pas ma tenue de chantier du week-end, et j'invite tout le monde à faire de même. Les Angevins ont le sentiment d'être entourés par les travaux; là, ils vont les transcender. En cela les Accroche-coeurs auront une vertu cathartique.

Quels sont selon vous les rendez-vous à ne pas manquer?
Il y a bien sûr les spectacles à grande jauge. La performance "Latalaya", place Leclerc, sera sans doute un temps fort de cette édition. Dans un tout autre registre, j'évoquerais "Argent, pudeurs et décadences". Cette comédie qui sera à découvrir place Imbach illustre bien l'esprit du festival: rire et se divertir bien sûr, mais aussi proposer du fond en portant un regard décalé sur de grandes problématiques. Et la magie des Accroche-coeurs, cela reste évidemment les découvertes spontanées, en se baladant dans la ville. L'opération "Adopte un artiste" renforce cet esprit, en permettant aux artistes locaux d'animer les rues en partenariat avec les commerçants.

Et les lieux incontournables?
Il ne faudra pas manquer la scénographie de la place du Ralliement, qui résumera très bien l'esprit de cette édition en proposant un mix entre engins de chantier et monde de la fête. De nombreux autres espaces seront à découvrir, comme la scène musicale place Kennedy, les installations davantage tournées vers le jeune public dans le jardin du musée des beaux-arts, le village des saveurs tenu par des associations angevines place Freppel...

Participerez-vous au championnat du monde de conversation?
C'est bien sûr la question que tout le monde se pose. Je ne sais pas encore, peut-être, ou alors au sein du jury. Mais dans tous les cas ce sera là aussi un rendez-vous à ne pas manquer, parmi les nombreuses surprises préparées par Calixte de Nigremont pour son florilège, place Saint-Eloi.

Le guide du parfait festivalier

S'asseoir, c'est permettre à plus de monde de suivre le spectacle. (Photo: Thierry Bonnet/archives Ville d'Angers)
  • Quand c'est possible, s'asseoir par terre pour suivre les spectacles afin de permettre à tout le monde de voir.
  • Penser à la planète en triant ses déchets, et en tout cas en ne jetant rien sur la voie publique. A savoir: un mégot jeté par terre finit à la mer, où il pollue environ 500 litres d'eau.
  • Privilégier marche à pied, vélo et transports en commun pour se rendre au festival. A noter que le réseau de bus et tramway s'adapte à l'événement, avec des déviations de ligne mais aussi un service renforcé en soirée. Plus d'infos sur irigo.fr
  • Penser à rallumer son téléphone portable après les représentations, pour ne rien rater du festival grâce à l'appli Angers l'agenda
  • Respecter les places réservées aux personnes à mobilité réduite
  • Ne pas empiéter sur l'espace scénique des spectacles
  • S'adresser aux kiosques d'information pour tout renseignement, et notamment au QG installé à l'hôtel des vins de la Godeline, rue Plantagenêt

329 artistes

Cette année 329 artistes seront accueillis, de 35 compagnies différentes. Ils assureront 135 représentations sur les trois jours du festival.

Grand chantier pour jeunes festivaliers

La PAF mobile proposera toutes sortes de bricolages. (Photo: Thierry Bonnet/archives Ville d'Angers)

A nouveau dédié aux familles et au jeune public, le jardin du musée des beaux-arts sera cette année transformé en "grand chantier" à l'occasion du festival. D'étranges engins y seront notamment installés, assemblages hétéroclites de vélos, baignoires, tuyaux, lavabos... Toute une machinerie qui pourra être actionnée pour créer des sonorités étonnantes, véritable concert cyclophonique.

Un espace ludique, avec jeux géants en bois, sera aussi proposé sur place grâce à la Ludothèque angevine, et toutes sortes de bricolages pourront être réalisés avec la PAF mobile.

Le jardin accueillera également un lieu de convivialité et de restauration, ainsi que différentes oeuvres créées spécialement pour le festival.

"Le thème de la ville en chantier fait écho à l’engagement citoyen"

Jacques Humbert, programmateur des Accroche-coeurs.

Le thème de la parenthèse enchantée, clin d'oeil à la période de travaux que traversent les Angevins, vous a-t-il inspiré ?
Ce thème est porteur. Le thème de la ville en chantier, qui se transforme, évolue et se reconstruit sur elle-même, fait écho à l’engagement citoyen. Celui-là même qui, depuis l’Antiquité, a permis de faire bouger la cité. Certains spectacles seront clairement inspirés par le thème du chantier, des travaux et des engins qui vont avec. Je pense par exemple à ce duo d’ouvriers de la Cie Heyoka Théâtre (spectacle Tête de Pioche), totalement incompétent et qui pratique un humour burlesque directement inspiré de Buster Keaton et Laurel et Hardy... Ou encore à La Patrouille Piétonne de Proximité Préventive (P4) : en effet, pas de travaux de grande ampleur sans une présence policière, et ces deux faux gendarmes sont très doués pour entrer en contact avec le badaud. Le thème du chantier sera développé dans la scénographie urbaine, mais sur ce point la surprise doit être préservée jusqu’au jour J. Bien sûr d’autres spectacles s'éloigneront de cette thématique, mais tous auront pour enjeu de faire rire, sourire, danser, poétiser, faire rêver et réfléchir aussi.

C’est la troisième édition que vous programmez. Est-ce votre préférée ?
Seul le public peut établir ce type de classement. Tout est mis en oeuvre pour que le festival fasse une proposition artistique de qualité. Chaque année, d’avril à fin août, j’assiste aux trois grands festivals dits des arts de la rue que sont Aurillac, Chalon et Sotteville-lès-Rouen, et j’y ajoute quelques festivals de plus petite ampleur pour leur côté toujours assez innovant. La programmation des Accroche-coeurs est le reflet de ce que j’ai aimé et de ce que je connais. Il serait donc assez compliqué pour moi de vous dire ce que je préfère puisque je les ai tous choisis.

Néanmoins vous avez forcément des coups de coeur ?
Je peux en citer trois, ce qui n’exclut en rien toute l’admiration que j’ai pour les autres artistes et compagnies. Je recommande "Dessous d’histoire" de la Compagnie Internationale Alligar (CIA) qui entraînera le public à vivre une petite révolution et qui a pour signature de revisiter l’Histoire à sa façon en mélangeant tout: événements, dates, enjeux... Un thème très actuel. J’ai un vrai coup de coeur aussi pour deux spectacles où la danse se met au service d’une analyse, d’une poésie et je pense ici au spectacle "Silencis", très touchant et vibrant d’amour, de Claire Ducreux. Enfin, je cite volontiers Mulïer, performance des cinq filles de la Cia Madouixa qui dansent sur des échasses. Leur spectacle est ciselé dans le moindre détail, elles dégagent une grande force, une immense énergie à la limite de la force masculine en ne perdant rien de leur féminité. Ce qu’elles réussissent à faire est tout simplement admirable.

Ateliers "dress code" pour tenue de chantier

Atelier "tenue de chantier" pour les Accroche-coeurs 2018.
Matériaux et bonnes idées: il y a tout ce qu'il faut aux ateliers pour customiser son gilet jaune. (Photo Ville d'Angers)

"J’avais envie de donner du volume, que ce soit foisonnant et original, tout en restant je l’avoue du grand n’importe quoi." Gailor, étudiant angevin et sourire en coin, est plutôt satisfait du résultat obtenu après avoir collé un dernier bout de câble électrique bleu sur le devant de son gilet jaune de sécurité. Comme lui, de nombreux Angevins se succèdent au Grand-Théâtre pour l’atelier "dress code" des Accroche-cœurs. En effet, en accord avec le thème de la "parenthèse en chantier", les festivaliers sont invités à customiser leur gilet jaune pour l’arborer fièrement et en nombre le temps de l’événement, tel un habit de lumière.

Ciseaux, agrafeuses, pistolets à colle, scotchs de couleur, rouleaux de rubalise ou de signalisation de canalisation, gaines et câbles électriques, filets de pommes de terre... sont mis à disposition des participants aux ateliers encadrés par l’artiste Caroline de Pommereau. "Certains viennent avec déjà des idées précises et ont juste besoin de matériaux ou de conseils techniques, explique l’artiste. D’autres arrivent sans savoir ce qu’ils souhaitent réaliser." David a opté pour l’ajout d’une capuche orange du plus bel effet, Pascale, elle, a confectionné de petites fleurs rouges et blanches et s’interroge sur sa capacité à dessiner un bulldozer avec de l’adhésif, alors que le ballet des essayages de gilets transformés en robes se succèdent devant le miroir. Une bonne manière de se plonger d’ores et déjà dans l’ambiance des Accroche-cœurs.

Ateliers "dress code" au Grand-Théâtre les 31 août et 1er septembre, de 14h à 18h, et le mercredi 5 septembre, de 12h à 18h30. Pendant le festival, les ateliers se poursuivent à l’hôtel de la Godeline: de 14h à 21h les 7 et 8 septembre, et de 10h à 15h le dimanche 9.

Retour sur les éditions précédentes

Champ de coquelicots place du Ralliement pour les Accroche-coeurs 2015

Périple vers les quatre points cardinaux, étape à Angers-sur-Mer, odyssée végétale, les Accroche-coeurs ont proposé de nombreux voyages imaginaires pour qu'Angers voie la vie en rose avec des thèmes tombés du ciel, mêlant féérie et "nonsense" so british!

Voir les photos

Fracture +luxation épaule droite... encore 5 semaines immobilisation..Merci à mes sponsors pour les Tshirts qui font ma garde-robe ! @Angers @AngersAgglo #AccrocheCoeurs #JourneeCitoyenne #OctobreRose pic.twitter.com/1hfcssLBTD

Catherine Goxe - 05 nov.
Illutration twitter
La newsletter
62020